Louis: la tradition, un héritage porteur.

louis

Extrait du discours prononcé par SAR le Prince Louis à l’occasion de sa visite à la nécropole royale le 21 Janvier 2017 (lire le discours entier: ici)

Etre ici en ce 21 janvier 2017, permet donc à la fois de se souvenir tout en  pensant  à l’avenir. En ce sens histoire et éducation sont intimement liées et j’aime à le dire dans cette institution [La Maison d’Education de la Légion d’Honneur, dans l’abbaye attenante à la basilique Saint-Denis. NDLR] où ces mots prennent tout leur sens. Former et éduquer n’est-ce pas le devoir auquel tous les parents sont attachés, comme la Princesse et moi-même, nous le sommes pour nos trois enfants.  L’héritage et  la transmission donnent les bases  solides sur lesquelles l’avenir peut se construire. Non pas un avenir d’utopies et d’idéalisme, mais un avenir ancré dans le réel et alimenté par les racines de la tradition.   Toute famille désire léguer à ses enfants un héritage moral et matériel, vivant, travaillé, amélioré. Quant aux enfants ils sont fiers de leurs parents et du travail accompli par eux.  Voilà ce qui fait une société saine et unie, et pleine d’espérance pour l’avenir.

Les perspectives d’un avenir meilleur demeurent la première préoccupation des parents et des éducateurs. Ainsi il ne faut pas avoir de nostalgie pour le passé, mais chaque jour, se demander comment avec l’héritage reçu, comment avec les racines qui sont les nôtres,  nous pouvons écrire de nouvelles pages à l’histoire de France et apporter notre pierre à l’édifice soit pour bâtir, soit pour consolider, soit pour supporter les périodes difficiles.

Louis XVI dans son Testament appelle à cet espoir renouvelé. Son exemple doit nous aider à nous surpasser.

Voilà ce que je voulais vous transmettre en ce début d’année, avec  les vœux que la Princesse et moi-même pouvons adresser à vous tous, à vos familles et à tous les éducateurs.

Puisse Saint Louis qui repose avec tous les rois dans cette nécropole continuer à veiller sur la France pour qu’elle demeure fidèle aux promesses de son baptême et aux valeurs de justice et de paix qui ont fait d’elle, au long des siècles, un modèle pour les nations.

Encore une fois, ne l’oublions pas, ces commémorations ne sont jamais qu’un socle, un tremplin constructeur. C’est l’avenir qui importe. En effet, les valeurs que la tradition porte s’expriment toujours à travers un réalisme enraciné et pérenne, tuteur de ce futur  qu’il nous reste toujours à bâtir, avec notre héritage en bandoulière!

Vive le Royaume de France!

Nos grands ancêtres…

bleuets

Bleu, Blanc…Roi! s’associe à toutes les commémorations qui rendent hommage à ceux qui sont tombés, avant-hier comme hier, pour la patrie.

Une pensée particulière pour le dernier militaire en date victime de son devoir, le Maréchal des logis-chef Fabien JACQ, mort pour la France le 4 Novembre 2016 au Mali (Force Barkhane). Il avait 28 ans.

Le 2 Août 1914, le chasseur à cheval MAYER rencontre le caporal-chef PEUGEOT à Jonchéry (Franche-Comté). Ils s’entre-tuent, premiers morts de la Première Guerre, préfigurant bien ce que ce conflit allait être pour nos deux pays.

RIP.

Journées « européennes » du patrimoine

 Journées bleues.png
Ces Journées sont la preuve de l’attachement profond-voire même de l’amour- des Français pour leur culture à travers notre patrimoine enraciné, local,  témoignage de proximité et de pérennité, liant nos compatriotes autour du « roman national ».
Malheureusement, comme tout ce qui est local, historique et patrimoniale est d’emblée suspect pour l’idéologie progressiste, « on » (Conseil de l’Europe, l’UE et leurs affidés) a décidé d’appeler ces journées à fort succès populaire les journées européennes (« On » espère peut-être que par transfert, le peuple associera l’amour de son patrimoine aux institutions européennes) et d’apposer le thème « citoyenneté » (le progressisme valorise le « déraciné » partout et ne rate pas une occasion d’éduquer les peuples à sa propagande).

Mais ces journées n’ont rien d’européennes (on les célèbre dans le monde entier; autant les appeler les journées mondiales- mais cela fait-il trop JMJ?), sont nées en France (d’un éclair de génie de Jack LANG) et sont tout sauf citoyennes puisqu’on communie, loin des idéologies, au cœur de notre culture, religieuse et aristocratique, entre châteaux, palais et églises, souvenirs que l’Assemblée Législative de 1792 eut bien du soucis à faire disparaître ou à mutiler dans sa phobie royale et chrétienne.

patrimoineIl faut toujours qu’il y ait récupération et détournement: c’est le système révolutionnaire. C’est d’ailleurs toujours le principe des régimes incertains, instaurés par la force, qui se cherchent une justification par la réécriture des gloires passées et qui, réellement, ne vivent que par la survivance maquillée des succès établis par le régime renversé.

Alors? Vive notre patrimoine, nos racines et longue vie à notre culture, éclairée par ces marques de notre génie séculaire! Le reste, lambeau idéologique,  passera.

 

journees-gouv

Site officiel – décalé, festif, divers et sexuellement neutre- et esthétiquement agressif

15 août: fête de la France invincible

Aujourd’hui 15 Août, nous célébrons l’Assomption. C’est aussi la date de notre vraie fête nationale.

En effet, à la suite du vœux prononcé le 10 février 1638 par Le roi Louis XIII, notre pays a pour Sainte Patronne la Vierge Marie. Quand nous La célébrons, c’est aussi la France que l’ont fête.

Sur les représentations traditionnelles, vous noterez que la Vierge a la lune sous ses pieds. C’est assez clair; que ceux qui ne veulent pas y voir un message restent aveugles.

  SM2
Depuis la célèbre donnation de Jeanne d’Arc, le Christ est déjà seul souverain de notre cher pays, avec pour lieu-tenant le Roi.

Avec Marie Sainte Patronne et le Christ Lui-Même Roi de France, notre vieux pays, la France éternelle, est invincible!

Joyeuse fête de l’Assomption et bonne fête nationale à nous tous!

Le Christianisme n’est ni pacifiste, ni débilitant, ni impuissant.

Image1

De la religion-force et de la religion-puissance.

Je voudrais livrer une petite réflexion à la suite du très intéressant mot de l’Abbé de Tanoüarn (Le sacrifice du Matin) faisant mention du rapport au statut de victime en religion et de la perception de la force (et aussi en réponse aux curés déni-oui-oui du vivre-ensemble aveugle). La question du martyre et de la force se pose en effet différemment selon les cultes : un martyr est chez les chrétiens une personne tuée pour sa foi ; ailleurs, c’est une personne qui meurt en tuant pour sa foi.

Aujourd’hui, et spécialement après l’attaque contre l’Abbé Jacques Hamel, le Christianisme est en procès et deux parties le mettent en accusation, sous un seul moyen mais en deux branches. En effet, deux critiques se font voie (voix) dans notre temps déligieux (de-ligare, délier; non religieux) et accusent le christianisme de la même chose : sa faiblesse.

Source des maux actuels pour l’une (néo-païens et/ou rationalistes), conséquence ontologique pour l’autre (mahométans), ces deux critiques dénoncent une culture du faible.

Mais s’il prêche en effet l’humilité et le pardon, la paix et l’amour, quelle place la force a-t-telle dans le christianisme ?

Le christianisme est-il un pacifisme malade, débilitant et impuissant ?

« Heureux les doux »: un pacifisme moral? Engoncé dans des décennies de bien-pensance, le Christianisme n’est perçu qu’à travers ses appels au dialogue ou à la paix. Car oui : le Christ appelle toujours à la paix. Certain voudrait bien entendre des appels à la guerre, mais ils n’arrivent jamais. De fait, le Christianisme apparaît comme un refus du combat.

Le Christianisme est-il une morale affaiblissante? Portée par un message christique originellement exogène à notre culture, une impuissance morale nous empêcherait de prendre des décisions fortes ; un dieu prisonnier, condamné et crucifié prônant la paix et le pardon créerait donc une apologie du sacrifice et du martyre, une morale victimaire néfaste, culturellement débilitante pour des peuples autrefois forts mais aujourd’hui minés, féminisés, loin de l’idéal de Mars. Pris à partie, nos peuples refuseraient les valeurs du combat puisqu’ils seraient désormais opposés au conflit ou à l’usage de la force.

Le Christ est-il impuissant? Pour le mahométan, le vrai dieu est Tout-puissant ; sa créature, en exerçant la force, exprime la puissance divine et rend publique, par la victoire sur l’autre, l’erreur de ce culte chrétien, justement faible et impuissant.

Ainsi, culture débilitante pour les néo-païens ou mauvaise foi pour les mahométans, le message christique est dénoncé: le message des chrétiens, c’est la faiblesse. Bref, Les chrétiens, c’est rien que des lopettes saboteurs du culte du peuple fort et c’est bien de leur faute. Or, ce sont au contraire les témoins d’une force non-agressive, non temporelle et inégalée. 

Le Christianisme est une force pacifique, qui ne se mesure pas en puissance temporelle et qui est absolument inégalée.

Il faut l’affirmer tout de suite: le Christianisme n’a pas peur du recours à la force, qui n’est pas la violence. Le Christianisme est bien une force, pacifique certes, mais une force quand même. « Quand on te frappe sur la joue gauche, tends l’autre joue ». Ce texte mal compris aujourd’hui semble, au mieux, un appel à ne rien faire, en attendant le martyre. Il met fin en réalité fin à la Loi du Talion, qui était elle-même un progrès dans la résolution des conflits en régulant la vengeance, introduisant un concept de juste réplique. Là où le Christ innove, c’est qu’il arrête la riposte automatique et commande : «  apprends à  pardonner ».

Mais à condition que le gifleur veuille arrêter ! Oui le Christianisme est pacifique ; non  le Christianisme n’est pas pacifiste. Le concept de légitime défense et de juste usage de la force est très clair. La légitime défense et la guerre juste sont des concepts éminemment chrétiens qui s’opposent à l’agression, mais encourage la défense. L’usage et le recours à la force ne sont pas prohibés dans le Christianisme, et sont même encouragés, si tant est qu’ils soient justes dans leurs actions et leurs objectifs. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls, le Bouddhisme aussi rejoint cette vision.

A celà, il faut aussi rappeler que Dieu n’est pas un acteur politique: les faiblesses de César n’ont pas à être corrigées par Lui. Pour nous chrétiens, cette question de la force politique est résolue depuis longtemps. Ceux qui aspirent à une religion politique, sont comme les Hébreux de l’Evangile, qui étaient dirigés par des personnels politiques et religieux corrompus, incestueux, hellénisés et soumis au pouvoir occupant romain; les Hébreux attendaient et espéraient un chef fort, religieux, civil et militaire, un libérateur, un meneur politique. Déjà en  leur temps, au moment même de l’annonce du message évangélique, les Zélotes imaginèrent ceci de Jésus : c’est toute l’histoire dramatique de Judas, qui suivait Jésus comme homme et non comme Dieu. Or la libération politique des hommes n’était pas le message. Jésus et le Christianisme n’annoncent pas un messianisme politique révolutionnaire, ni au temps des Evangiles, ni maintenant. Le Christianisme a donc pour ambition un royaume qui n’est pas de ce monde.  Pour la révolution, adressez-vous à vos politiques. Chacun son boulot !

Parallèlement, le message est universel, et il n’est absolument pas réservé à une ethnie ou un peuple uniquement pour qu’elle/il se l’approprie: il concerne tous les Hommes. L’Eglise ne porte pas la parole d’un dieu des occidentaux. Mais ne sous-estimons pas la force du message. « Combien de divisions ? », demandait en riant le puissant Staline à propos du Vatican ; c’est pourtant le puissant qui a disparu.

Enfin, le christianisme c’est surtout l’humilité de la puissance infinie. La Messe et la célébration de Pâques sont le cœur de la religion chrétienne, parce que nous célébrons la résurrection de Dieu, vainqueur de la mort. Dans le Christianisme, la Sainte Messe renouvelle le Saint Sacrifice de Dieu, véritablement mort sur la croix et surtout  véritablement vivant! (C’est d’ailleurs ce qui donne une dimension accrue à l’assassinat du Père Hamel, précisément durant la célébration de la Messe). C’est là qu’une question essentielle se pose : ces dieux tout-puissants peuvent donner la mort, on le voit, mais peuvent-ils la vaincre ? Le coran dit que Jésus n’est pas mort sur la croix. Mahomet meurt mais ne ressuscite pas. Quels sont ces dieux qui n’osent affronter la mort ? La vraie force n’est-elle pas de vaincre plutôt que de s’échapper? Or, c’est ainsi parce que seul Dieu le peut et seul Dieu l’a fait . Fait homme, simple parmi les simples, il meurt et ressuscite. Seul Dieu a vaincu la mort. La vraie puissance est là, dans la vie ressuscitée, pas dans la vie assassinée.

Pour conclure, il faut bien répéter que même dénigré et sali parce que mal compris, le Christianisme est pourtant porteur d’un message à la force invincible qui nous sublime tous.  Par la prière, les Chrétiens louent le Dieu juste, universel et seul vainqueur de la mort. Nous ne célébrons pas un culte misérabiliste et mortifère, mais un culte humble et glorieux à la fois : un tombeau certes, mais OUVERT !

Et non, nous n’avons pas peur de la guerre; et oui nous appellerons toujours à la paix.

Tempête dans un bassinet.

pape2

(c) Euronews

Geste habituel pour ceux d’entre nous qui ont conservé un peu plus qu’un vague vernis culturel catholique, le lavement des pieds réalisé par le Pape, commémorant le geste proche-oriental séculaire puis symbolique de Jésus envers ses disciples, a fait couler beaucoup d’encre, et ce dans l’ensemble du spectre politique européen.

Le fait que ce geste ait été accompagné par l’accueil au Vatican de 12 familles étrangères et musulmanes n’a rien arrangé: pourquoi aggraver avec du politique une symbolique dejà lourde de sens?

Il faut dire que la sensibilité de chacun est à fleur de peau avec les immigrés, les musulmans ou les élites, en Occident comme au Proche-Orient où les chrétiens martyrisés se sentent abandonnés. Ce geste à donc été immédiatement loué (principalement par les tenant de l’international mondialiste) ou condamné (par les patriotes identitaires). D’un côté, « fraternité-e-s, humanité-e-s, égalité-e-s » etc. et de l’autre, « trahison, cosmopolitisme, soumission » etc.

Je dois avouer avoir été choqué et furieux: comment peut-on avoir une communication aussi mauvaise, en parlant avec des gestes qui ne sont compris que par les siens; quel message de soumission fait-il donc passer ? Et qu’avait-il besoin de ramener des musulmans au Vatican: quel message pour le monde en général, et en particulier les Chrétiens d’Orient persecutés, et pour notre Europe qui subit déjà de plein fouet l’invasion et le politiquement correct remplaciste?

Le socle commun à ces critiques ou hommages est la lecture politique du geste. Que les européens patriotes s’en remettent au dernier espoir que représente le chef de l’Eglise pour remplacer leurs propres chefs d’Etat incompétents en dit long sur notre décadence et notre désespoir.

Mais l’Eglise n’est pas un parti, pas plus qu’elle est européenne, Africaine, Asiatique ou autre.

Le Pape n’a pas d’agenda politique, et c’est cette vérité là qui m’a faite réfléchir (ceci et les remarques de Lyautey ou de Charles de Foucaud).

Déjà les hébreux du temps de Jesus s’étaient trompé en attendant un chef d’Etat, un roi des juifs pour mener la révolte contre leurs élites corrompues et l’occupation romaine.

L’Eglise est spirituelle et bien que celà soit difficile à accepter,  le berger laisse ses 99 brebis pour retrouver la 100e perdue.

Pas plus hier qu’aujourd’hui, le Pape est un chef politique. Qu’a-t-il donc voulu faire?

Et bien peut-être a-t-il voulu faire ce qui aurait du l’être depuis longtemps mais qui fut interdit lors de la colonisation de la 3e republique aggressivement athée et anticatholique: entamer la conversion des musulmans, qui ne connaissent des chrétiens que ce que la bave de leurs meneurs religieux leur dit.

Or, l’islam est en crise, et cette violence en témoigne. En crise parce que les progrès de la recherche quant à la vraie histoire de l’islam séparent -voire opposent- de plus en plus la réalité du mythe perpétué par les religieux;  en crise parce que les populations soumises à ce culte politique sont, à l’echelle de la planète, les plus oppressées par leur régime religieux ou leur culture totalitaire, toujours sous developpées alors même qu’elles sont assises sur les milliards des barils pétroliers; enfin, en crise parce que de plus en plus de musulmans ont appris à  lire et peuvent désormais librement et en toute discrétion interroger à la fois leurs textes et Internet au sujet de leur culte, qui apparait de plus en plus comme l’officialisation de délires totalitaires de califes du Xe siècle, bien loin d’un message divin. L’heure est à la bonne nouvelle pour nos voisins qui vivent depuis trop longtemps dans la « haine inculquée de tous ceux qui diffèrent » (Al-Sissi).

Alors oui, vue l’incompétences absolue – voire l’hostilité envers nos cultures- de nos dirigigeants, la priorité est donc l’évangélisation et la conversion des musulmans, la seule chance de l’Europe  n’en déplaisent aux abrutis anti-chrétiens qui bavent tout autant que les prêcheurs de haine.

Et si ce lavement des pieds et ces douze familles accueillies ouvrent une onde de choc au sein de l »Umma, suffisante pour être entendue et permettre une fois pour toute aux populations soumises au mensonge islamique, sinon de se libérer, mais d’entrer en questionnement, alors oui: merci François.

Rendons à César et à Dieu leurs tâches. C’est bien le travail du pape, chef de l’Eglise, d’encourager cette évangelisation (et ce ne sera pas fait en quelques jours). C’est aux votants de se donner des dirigeants qui les protègent contre des politiques internationales, migratoires et cultuelles aux intérêts douteux.

Ne  soyons pas les zélotes du XXIe siècle.