« Les vieilles idées marxistes », Par R. Secher

In L’Homme Nouveau, ce constat qui sonne comme un glas.

Il s’agit, ni plus ni moins, de créer une société nouvelle, dite de progrès, celle à laquelle ces leaders d’opinion rêvent depuis la grande révolution de 1793 (… ).

Qu’importent les génocides de classe, les faillites économiques systématiques, les détresses généralisées. (…) Ce modèle idéal passe par la mort de l’ancienne société vue comme obscurantiste

Les idéologies poursuivent leur cycle et imposent à nos vies leurs théories d’ingénierie sociale au nom du « progrès radieux« .  Pour que naisse l’homme de progrès, neuf et parfait, il faut se débarrasser des superstitions anciennes …

Ce fanatisme de principe se heurte directement aux transmetteurs des valeurs traditionnelles: nos modes de vie sont leurs obstacles.  Et la force publique n’est pas de notre côté…

Nous ferons de la France un cimetière plutôt que de ne pas la régénérer à notre façon” (Jean-Baptiste Carrier)

La révolution ou la mort

Photo: (c) creative common/ wikipédia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s