La génération Attila

  EDITED-10-2012-SIPA-ManifetudiansClunyMai68AlainKrivine-164152_L

La génération des soixante-huitards restera dans l’histoire comme la génération Attila : après elle, rien ne repousse.
Elle ne nous laisse que des immeubles de bureaux, entourés de décombres, dans lesquels errent des chômeurs, pardon, des titulaires de « contrats d’avenir ».
Elle nous lègue une Union européenne qui déconstruit avec zèle l’Europe. Une montagne de dettes. Une immigration catastrophe. Le saccage de 2000 ans d’histoire et de culture européennes. La destruction de l’Etat et de la Nation. La fin de la décence commune et de la morale publique.

may-68paris

On dit que les soixante-huitards ont quand même donné naissance à quelque chose : la génération X et maintenant Y. On ne sait pas trop ce que cela signifie, sinon qu’il s’agit des dernières lettres de l’alphabet. Ce n’est pas bon signe…(In Merci aux 68ards, Michel Geoffroy, Polémia).

Publicités