Service publique télévisuel : pour qui et pour quoi?

Personne ne le regarde, mais il faut le refinancer par l’impôts et les taxes; devant la crise, les bénéficiaires s’inquiètent de sa suppression, comme ce fut le cas en Grèce.

Avec des programmes alignés sur ceux des chaînes privées, avec un traitement de l’actualité proche du porte-parolat officiel de la rue de Solferino, nul ne s’étonne que les Français s’en détournent…Et le pire est que ces fonctionnaires audiovisuels prétendent défendre la diversité de traitement de l’info, partagés entre allégeances publiques et privées, toutes partisanes néanmoins…

Entre divertissement et propagande, quelle place pour l’audiovisuel publique?

Rien de moins ni de plus que celle qu’un financement par abonnement fournit. Nous verrons alors si les Français soutiennent cette machine politique

Ressources-France-Television-2005-2011

Publicités