Claudia Senik: « La France souffre de nostalgie »

La morosité française, ce mal qui ronge nos compatriotes, reste insaisissable bien qu’il s’affiche à chaque fois de façon évidente lors des enquêtes de satisfaction. Mais des pistes se précisent: nous serions nostalgiques, depuis plusieurs générations.

Mais de quoi? se demandent nos média. Petite explication:

Lu ici.

Niveau de satisfaction dans la vie

Niveau de satisfaction dans la vie

Une économiste s’est penchée de  façon scientifique sur les origines du pessimisme français pour tenter d’appréhender de manière objective la notion de bonheur. Ce qu’elle a établit de façon probante est que la morosité qui affecte les Français ne peut être expliquée ou justifiée par sa seule  situation économique.

Il existe un « manque » de satisfaction réel en France, que j’ai cherché à  expliquer par l’analyse de facteurs purement économiques, en  prenant en compte un éventail de phénomènes aussi large que possible, qu’il  s’agisse de croissance, de revenu, d’emploi… Or tout cela joue effectivement, mais sans épuiser  le sujet : les facteurs objectifs ne suffisent pas pour appréhender totalement  les raisons de ce déficit de bonheur. Il faut donc en venir à des facteurs plus  subjectifs, d’ordre culturel ou psychologique.

La France est surtout un pays nostalgique qui souffre d’un déficit  d’adhésion à un projet collectif et qui manque de confiance en  l’avenir. Il existe en France un sentiment général de perte. Les Français raisonnent  souvent par rapport à des références liées au passé. Une sorte de  grandeur perdue flotte dans les esprits, qu’il s’agisse de l’influence internationale, de la  francophonie, mais aussi de la puissance économique. Le modèle  français est en crise et, plus le temps passe, plus on s’en éloigne et plus on  l’idéalise. Pendant ce temps, le rang de la France dans le concert des nations  continue à régresser, notamment en termes de revenu par habitant.

Si le déficit de bonheur français relève de causes culturelles, il y a des chances qu’il ait été acquis tôt dans la vie, puis transmis de génération en génération.

Nous avons 5 générations d’écart depuis le dernier Roi. Depuis, on ne cesse de déconstruire nos cultures de vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s