Au coeur du système démocratique révolutionnaire, la Terreur.

Rabaut

Jean-Paul RABAUT, dit Rabaut (de) Saint Etienne, pasteur, fils de pasteur itinérant, originaire du Languedoc, franc-maçon, qui s’intéressa à l’élaboration de l’Edit de Tolérance de Louis XVI aux cotés de Lafayette et Malesherbe. Il participe aux débats de la Déclaration des Droits de l’Homme.

Il est présenté comme un défenseur de la liberté religieuse, un modèle de tolérance pour les minorités.  Il figure le pasteur qui forme le trio sur le tableau de David.

Serment

Emporté dans son élan régénérateur, très influencé par les écrits et la vision rousseauiste,  il déclara à l’assemblée (Séance du 11 nov 1789):

« Pour rendre le peuple heureux, il faut le renouveler, Changer ses idées, Changer ses lois, Changer ses moeurs, Changer les hommes, Changer les choses, Tout détruire, oui, tout détruire puisque tout est à recréer.« 

Il déclare vouloir s’affranchir des codes et lois passées (« l’histoire n’est pas notre code »):

« (…)l’ancienneté d’une loi ne prouve autre chose, sinon qu’elle est ancienne. On s’appuie de l’histoire ; mais l’histoire n’est pas notre code. Nous devons nous défier de la manie de prouver ce qui doit se faire par ce qui s’est fait, car c’est précisément de ce qui s’est fait que nous nous plaignons« 

Propagateur de la religion laïque (Projet d’éducation nationale , 21 décembre 1792), il élabore des projets ahurissants  de  contrôle de la population et de régénération totale des individus dans un projet légaliste, scientiste, matérialiste et rationaliste. La société se doit de corriger l’égalité réelle que la nature n’a pas réalisée: la Loi Naturelle est défectueuse, seule la société et sa Loi est propice au bonheur universel.

« Ce texte est bien gênant pour tous ceux qui voudraient faire de « notre » Rabaut Saint-Etienne le précurseur héroïque d’un idéal républicain et démocratique. Il montre d’abord que l’ancien pasteur de Nîmes a traversé les trois premières années de la Révolution sous un masque de respect affecté pour tous les pouvoirs établis mais avec, au fond du coeur, des intentions qui font de lui beaucoup plus un Montagnard qu’un Girondin. (..) A qui s’étonnerait de ce fond égalitaire et totalitaire qui surgit soudain dans le tréfonds du personnage, il faudrait rappeler l’influence, sur beaucoup de ceux qui comme lui ont été saisis par la Révolution, du Contrat social, de ce Rousseau si insolite qui propose aux hommes de renoncer à leurs droits naturels au profit de l’Etat, seul assez fort pour protéger la liberté ainsi que l’égalité, de ce Rousseau qui recommanda au peuple tout-puissance de déléguer au Législateur ses pouvoirs afin d’instaurer le Bien-être universel, ce que la Constitution de l’An III appela la « garantie sociale », ce que beaucoup de théoriciens ont nommé l’Etat Providence ».

In: Autres Temps. Les cahiers du christianisme social. N°22, 1989. pp. 29-43; Jacques Poujol

Il est guillotiné en 1793 par des hommes politiques dont il est paradoxalement idéologiquement proche.

Il est perçu par son coté socialiste dirigiste et moral comme l’une des sources révolutionnaires du communisme (Louis R. Gottschalk).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s