Philippe de Belgique n’est pas le Roi : il est seulement monarque.

L’Etat belge à mis en application la législation mortifère visant à autoriser l’euthanasie de mineurs malades, devenus chers et encombrants j’imagine.

Une douche froide est alors tombée sur Philippe de Belgique qui était attendu comme ultime rempart face à ces idéologies prométhéennes qui s’abattent sur l’Europe.

20140307-154429.jpg

Accuser Phillippe, c’est faire injure à un innocent, sinon une victime.
La seule responsabilité politique incombe aux électeurs belges, à leurs élus aussi pourris que les notres; la responsabilité juridique incombe à son contre-signataire, Philippe etant incapable légalement.

Pierre de faît de l’Etat belge, Philippe n’en est pas la pièce maîtresse pour autant. Faux roi, vrai monarque.

Malgré ses beaux atours de carosses et couronnes, la belgique est peut-être une république plus encore que la France. Seulement la couronne n’y est qu’un masque.

En effet, c’est faire un mauvais procès, injuste et mal ciblé.
En effet, cette critique envers Philippe touche ici au coeur du principe de Gouvernement : un monarque n’est pas forcement un roi.

La Belgique est certes un pays de nations multiples, mais elle est avant tout un régime issu des révolutions et des compromis politiques de sa naissance.
La Belgique est de fait le seul pays où l’orléanisme a survécu, c’est-a-dire un régime mixte parlementaire électif et monarchique héréditaire, avec une assemblée représentative souveraine et un roi-symbole sans pouvoirs.
Dans le cadre de cette constitution monarchique, Philippe de Saxe-Cobourg/Belgique n’est rien et l’institution Philippe 1er n’est qu’un symbole institutionnel. Avec tout le respect dû, à peine plus qu’un drapeau.

En effet, la monarchie belge est une monarchie pleine mais une royauté vide, c’est une institution sans le pouvoir, du moins direct (son influence existe).
De même que nos préfets sont des notaires en habits d’amiraux, en Belgique le monarque y est un président -type Constitution Grévy– en habits de roi.
Perçues comme un symbole de représentation, d’unité et de pérennité, dernier recours dans la tempête politique, les monarchies ne fonctionnent pas très bien: elles déçoivent toujours dans le mauvais temps où le gouvernail se révèle être tenu par un autre, invisible, que celui qui est au sommet, visible.

Une monarchie est précisément l’anti-définition d’une royauté qui veut qu’un pouvoir gouvernant soit au sommet.

Toutes choses égales par ailleurs, le passage du trône des Mérovingiens aux Carolingiens en est l’exemple type.

A l’époque, le Pape Zachary dît « que celui qui exerce véritablement le pouvoir porte le titre de roi pour que l’ordre du monde ne fut pas troublé« .

Et pour s’assurer que le pouvoir au sommet soit roi, il faut que la personne qui l’assume ait du pouvoir: la symbolique du sommet doit être accompagnée de la capacité à agir.

Cela ne veut pas dire tous les pouvoirs, comme l’éructent les propagandes révolutionnaires. En royauté, les institutions s’organisent; celle au sommet importe autant que les autres pour que l’édifice soit stable.

Une royauté est un régime parfait contre la particratie médiagogue ( et c’est pour cela que les révolutionnaires crachent dessus).
Le roi encadré est alors pleinement la soupape de sécurité d’un régime devenu fou.

Mais ce n’est pas le cas en Belgique.

Dans ce cadre, faire porter à Philippe de Saxe-Cobourg/Belgique les verrous de Philippe 1er me parait exagérer.

Philippe de Saxe-Cobourg/Belgique a fait ce que pouvait faire Philippe 1er.
(Que sait-on, de plus, de son activité d’influence? La Loi est peut-être moindre que prévue.)
En tout cas, Philippe 1er a fait ce qu’il devait.
D’autant plus que son acte est contre-signé pour être valide et que le co-signataire en porte la pleine responsabilité…

En effet, le monarque belge est réputé incapable, juridiquement et politiquement.

Philippe de Saxe-Cobourg/Belgique est un incapable légal dans sa vie quotidienne parce que Philippe 1er se doit d’être un monarque détaché de tout engagement.
Parce qu’il est Philippe 1er monarque neutre en tout, Philippe de Saxe-Cobourg/Belgique est le seul à ne pouvoir mettre, de toute sa vie régnante, sa Foi en application.
La Belgique, Etat libéral, vaguement humaniste, n’est pas un pays de valeurs chrétiennes: le monarque n’est pas appelé à prêter serment sur la bible, ni dans une église.

L’horreur de cette loi repose, loin de Philippe, sur l’électeur belge et sur la tête de ses élus, ô combien pourris.

L’exemple de Baudouin 1er n’est pas une solution; la loi fut votée et ratifiée, le temps d’un passe-passe institutionnel. Philippe aurait-il du l’utiliser? Il a préféré assumer ce rôle que de se masquer. C’est en ce sens à son honneur.

Et de toute façon, comment cela pourrait-il être la faute du drapeau?

Vue de France, il peut paraitre difficile de voir que le royaume de Belgique n’est, après tout, qu’une autre forme de république où les idéologies de mort sont aussi à l’aise que dans notre monarchie républicaine.

Vu de France, le scandale attribué à la décision de Philippe 1er n’est que la juste émotion qui réalise que la monarchie n’est pas une royauté et qu’on vous a floués.

Le drame réside dans le fait qu’un homme chrétien, avec une forte influence sociale et politique, ne puisse pas témoigner ou vivre sa Foi librement.

Le drame de cette situation et de la signature de cette loi anti-humains sont bien dans cette distinction: un chrétien peut-il être monarque en Belgique?

Le principe des deux corps du roi peut-il fonctionner quand ceux-ci s’opposent entre eux? En France, la période au pouvoir de l’orléanisme à montré que non.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s