La république magique : « c’est l’Etat qui paye » (MàJ Sarkozy)

Le candidat et ex-président N. Sarkozy parle du « Miracle de la République ».
Le seul miracle est qu’ils vendent encore leur régime corrompu aux Français.

Ce régime est une religion politique, sectaire, porté par des fanatiques.

Louis-Alphonse, vite!
_________________________________

Non, ça ne coûte rien, c’est l’Etat qui paye…

F. Hollande, Président de la république, 6 Nov 2014

Hier, énième intervention télévisée de notre chef d’Etat, énième constat d’échec.

On retiendra, plus que de pain (emplois aidés par quels impôts?),  il lance des promesses de jeux (Olympiques, Exposition Universelle)… Bref des remèdes totalement dépassées et inadaptés.

Une intervention signant encore fois un échec de la politique communication, au-delà des difficultés du personnage lui-même qui amuse désormais les réseaux sociaux par ses déclarations:

« … que mes petits enfants ne me disent pas que même pour le réchauffement , je n’ai rien fait »…

« J’ai mi les douchées doubles »…

[Le Président de la République de la 5e puissance économique du monde qui affirme qu’il] « a passé 30 ans de sa vie à fréquenter les bistrots » …

[Il va] « nous raconter une histoire »…

Une intervention unanimement inutile donc, coûteuse et catastrophique pour notre pays.

Mais au-delà donc de l’homme et de ses carences personnelles, il y a cette incroyable déclaration officielle de populisme :

« Non, ça ne coûte rien, c’est l’Etat qui paie ».

Nous sommes devant le symptôme de la république et toute la fiction de notre régime est résumée ici « c’est l’Etat qui…». 

C’est l’équivalent de la main invisible des libéraux,  censé réguler librement le marché privé;  chez les jacobins, le deus ex machina, c’est l’Etat, abstraction providentielle généreuse et magique, aux largesses inépuisables et mystérieuses.

Fromage_republiqueBLEU

L’Etat? C’est un champs de blé à moissonner, qui n’appartient à personne et qui est toujours mûre. C’est ce qu’ils vendent aux Français en déresponsabilisant nos compatriotes. Pourquoi faire des efforts, s’assujettir à des devoirs et des sacrifices si il y a toujours cette infinie prospérité qui peut nous assister?

Nous y avons bien droit… c’est notre Etat. « Votez pour moi, l’argent publique finance mes promesses irresponsables ».

« (…) Ces petits souverains qu’il fait pour une année,  
(…) Comme ils ont peu de part au bien dont ils ordonnent,
Dans le champ du public largement ils moissonnent,
Assurés que chacun leur pardonne aisément,
Espérant à son tour un pareil traitement :
Le pire des Etats, c’est l’Etat populaire. »
Cinna, P. Corneille.
 

Vraiment, l’exercice du pouvoir en vue du bien commun est une activité bien trop importante pour être laissée à ces amateurs superstitieux et incompétents. Les Français ont besoin de professionnels permanents, qui ordonnent avec justice et raison au bien public.

Seule certitude avec ce régime, ce sont les Français qui trinquent, avec ou sans-dents, au bistrot ou non.

Régime en panne, France en pannade, Français en peine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s