Bossuet-Fénélon, le seul vrai débat Tradition c/ Moderne

disputatio2

Au cœur de nos conflits de valeurs, l’éternelle querelle des anciens et des modernes, loin de se limiter à une opposition littéraire germanopratine, orgueilleuse et esthétique (voire courtisane), est d’abord un conflit de valeurs essentielles dans lequel nous sommes empêtrés depuis longtemps:

Réalisme contre idéalisme.

Classicisme contre romantisme.

Raison contre sentiment.

Dogme contre relativisme.

Autorité contre consensus.

Monarchie contre collégialité.

Tradition contre progressisme.

Au cœur de notre histoire,  ces valeurs se disputent, s’opposent et dominent alternativement nos politiques.

En ce début de XXIe siècle, héritier des XVIII et XIXe, la culture de l’émotion, du consensus, du relativisme et de la collégialité dominent. On peut penser que les idées défendues par Fénélon ont, in fine, emporté la partie.

En effet, le grand débat disputant ces thèses portées par les géants Bossuet / Fénélon eut lieu au XVIIe siècle. C’est alors Bossuet qui remporta la mise.

Il est important  de revenir à ce débat, essentiel au sens propre, puisqu’il oppose les thèses d’idéologies anciennes.

A travers le souple Fénélon, c’est l’âge d’or mythique, le millénarisme chrétien, Salvien, Joachim de Flore, Arnaud de Brescia, la collégialité et l’aristocratisme (égalité des grands) qui s’expriment, annonçant le scientisme, les idéologies collectivistes et la technocratie; Bossuet, plus strict, est lui du parti de l’ordre et de l’autorité éclairée et encadrée, loin des chimères idéologiques, pour l’intangibilité des dogmes et d’une pastorale pragmatique, éloigné du jansénisme strict comme du relativisme compassionnel libéral.

Si dans ce  XVIIe classique et ordonné, c’est Bossuet qui l’emporte, au XVIIIe sentimental et préromantique, c’est Fénélon qui prend sa revanche posthume.

Au XIXe siècle, à la suite de la folle révolution, la tradition à changée de main et les cartes furent brouillées: on pourra retrouver le gallican Bossuet du coté des ultramontains tradionnalistes, et les ultramontains de Fénélon du coté des libéraux contractualistes.

Aujourd’hui, avec le recul historique et la réalité politique, qui de la vision maternaliste our paternaliste gagnera la troisième manche? Un élément de réponse dans l’ancien mais remarquable article de Laurent DANDRIEU (SPECTACLE DU MONDE, 1997),  ici.

Quant à la politique, auquel la postérité donnera-t-elle raison, de celui qui, indifférent à l’autorité, rêvait d’une cité pastorale où la vertu et la frugalité suppléeraient à tout, ou de celui qui, sachant les faiblesses des hommes et leur propension naturelle à l’anarchie, misait sur une autorité mise à l’abri des passions par la stabilité des institutions pour assurer le bien commun ?

Submergé, Bossuet ? Il répondait d’avance, à ceux qui l’accusaient d’assécher les fleuves de la mystique : « Ce n’est pas s’opposer à un fleuve que de faire des levées, que d’élever des quais sur ses rives pour empêcher qu’il ne déborde et ne perde ses eaux dans la campagne. »

Aujourd’hui que la crue démagogique a tout emporté, on ne voit plus ces ouvrages. Ils demeurent pourtant, et lorsque les eaux folles se seront retirées pour reprendre leur cours normal, ils retrouveront dans notre paysage mental leur importance d’indispensables jalons.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s