Faire sécession, calmement, avant que ne parlent les armes?

secession2

Un rapide état des lieux présent et prospectif de notre pays  n’est guère encourageant pour qui ambitionne simplement de transmettre ce qu’il a reçu, aussi bien en termes de  patrimoine matériel qu’immatériel (et de plus en plus ce dernier, qui se révèle bien plus essentiel, que ce premier, d’autant que la politique fiscale est chaque jour plus confiscatoire à mesure que s’aggrave le clientélisme).

Tel un train sans conducteur, notre pays semble courir à l’abîme sous le régime actuel et notre soi-disant pacte social tourne au pugilat général. Un rapide tour sur les meilleures ventes France du célèbre logisticien Amazon fait froid dans le dos.

livres_photo

A cela s’ajoute une perspective démographique qui favorise l’immigration et fait entrevoir à court terme un futur bien différent de ce que nous connaissons – et aimons.

confiance-partis-politiques-sondage

N’ayant aucun espoir dans la politique partisane et le vote, que reste-t-il aux Français pour s’opposer à ce nouveau monde qu’on leur impose? Les armes?

Avant cette extrémité là, peut-on envisager une séparation « à l’amiable », type droit des peuples à disposer d’eux-mêmes?

Prenons acte de la fin du pays unis et homogène. De toute façon, cette séparation est en marche et s’organise déjà sous nos yeux:

  • Les quartiers urbains se répartissent déjà par ethnies/affinités culturelles. A chacun sont quartier chinois, juif, bobo, versaillais, africain, arabes etc. La mixité sociale? Quelle mixité sociale? Les rues/résidences/immeubles/quartiers de nos villes se murent de sas, grilles et de codes, bref, se privatisent pour mieux se séparer, et l’organisation spatiale, sociale voire économique de nos vies, à la façon des arrondissements marseillais, se transforme lentement en une mosaïque juxtaposée de modes de vies qui s’évitent.
  • A cela s’ajoute la -déjà acquise- faillite de l’Education Nationale, poussant les parents responsables à placer leurs enfants dans les écoles privés sous contrat, de moins en moins confessionnelles, même sous l’oeil de l’évêché; les écoles libres – les vraies- poussent de tous côtés.
  • Chacun procède déjà, dans la mesure de ses moyens,  à ses achats de manière politique: fait en France/ethnique exotique, hallal/casher, boycott ABC/soutien XYZ, marques internationales/acteurs locaux …
  • Etc.

Si nous poussons la logique jusqu’au bout, allons-nous devoir envisager pour chacun sa justice? L’Angleterre y a déjà recours.

A chacun son service public ? Pôle-emploi recommande déjà d’adapter  les conseillers à l’usager, les horaires des piscines sont séparés etc.

A chacun sa police? Les éléments féminins pour les femmes, les éléments ethniques pour les immigrés, afin d’éviter les cas d’émeutes raciales que connaissent les Etats-Unis à chaque criminel noir tué par un policier non noir ?

Ou encore, en fin de logique, à qui paierons-nous l’impôt? Chacun pour sa communauté ethnique/culturelle/religieuse?

Il est important ici de noter que la division la plus profonde n’est pas celle qui distingue les immigrés des autochtones. Celle qui divise les Français entre eux est encore plus marquée,  absolument nuisible à la réorganisation de la république et à l’organisation d’un bien commun que nous n’avons plus.

Ceux qui professent un anticatholicisme militant, avalent des têtes de cochons au 21 Janvier, réclament des impositions confiscatoires (qu’ils ne payent pas) et des redistributions niveleuses (qui ne concernent que eux), ou qui professent un internationalisme idéologique fanatique frontalement opposé à ceux qui chérissent patrie, culture et traditions, etc. doivent-ils être considérés comme des compatriotes?

De leur côté, pourquoi seraient-ils obligés de subir un mode de vie à leurs yeux dépassé et opposé à la libéralisation totale des lois et des mœurs, qu’ils appellent liberté et que nous appelons licence? Quittons-nous bons ennemis avant la guerre civile qui vient: à chacun son camp et ses problèmes, reconnaissons nos divisions et tirons-en les conséquences avant de nous tirer dedans.

Peut-être devrons-nous déménager, abandonner nos petites patries, pour s’installer sur des territoires civilisationnellement homogènes (occidentaux, orientaux, proches-orientaux etc), voire politiquement homogènes (jacobin à droite, royaliste à gauche) ou religieux (catholique ici, athée là, juifs en haut, musulmans en bas etc.), chacun dans ses places de sûreté à la façon de ce XVIe siècle si chaotique…? Séparation à tous les étages, communautarisme maximal pour tous et création de sanctuaires.

Sécession, séparation, autodétermination,  pourquoi pas même des rattachements, qui au reliquat du Duché de Normandie sous le bailliage de Guernesey, qui à l’Andorre, qui à l’autonomie basque,  qui une pleine indépendance? Bref, organiser un nouvel émiettement de type féodal en quelque sorte, avec des liens plus ou moins distanciés entre entités, s’il en existe du tout.

Cela peut se faire, l’histoire l’a déjà montré: la Croatie catholique s’est constituée en se séparant de ses frères slaves mais Orthodoxes, la Belgique catholique et libérale de ses frères des Provinces des Pays-Bas protestants et monarchiques, l’empire germanique habsbourgeois (Empire de l’est – Österreich) de l’empire germanique prussien (Königreich Preußen, puis Deutsches Kaiserreich), et l’actualité flamande, basque, catalane, québécoise ou écossaise, voire de celle de Crimée,  etc. la possibilité de partition est une réalité.

En France, devant cet état de fait, la question de la séparation de jure se pose de façon cruelle, tout d’abord par communautés, puis peut-être géographiquement. Est-ce notre tour, après plus de 1500 ans de patients efforts et de sacrifices pour créer ce pays,  cette civilisation parmi les plus brillantes au monde, de reconnaître que Rome est tombé, encore une fois?

Faut-il repartir à zéro et tout reconstruire sans un mot, être un homme à la façon de Kipling?

Peut-être.

Plutôt qu’un isolat civilisationnel, des exilés à l’étranger, une minorité dans son propre pays, un dhimmi de l’une ou de l’autre idéologie, prenons actes de nos divisions, à chacun son pré-carré,  et que le meilleur gagne.

Mais je crois que nos adversaires politiques seraient les plus farouches opposants: ils se nourrissent sur la bête et sans nos bonnes contributions, ils savent qu’ils ne dureront pas longtemps. D’autant que beaucoup approchent des âges où l’assistance est indispensable…

Tant pis: je n’ai pas vocation au sacrifice civilisationnel sur l’autel de leur(s) idéologie(s) nihiliste(s), et sans séparation de jure, ce sera les armes de facto.

En attendant, je trie et je rejoins mes réseaux civilisationnels.  Communauté, dissidence, puis sécession.

Oriflamme_Fini

Publicités

3 réflexions sur “Faire sécession, calmement, avant que ne parlent les armes?

  1. Entièrement d’accord avec cette analyse !
    Bien que non-croyant car n’ayant pas été touché par la foi, je me sens profondément de culture judéo-chrétienne et viscéralement français et européen, avant-tout languedocien. la sécession parait le plus raisonnable avant l’affrontement qui semble inéluctable.
    Bien à vous.

  2. Pingback: Sécession inéluctable ? – Décadence de Cordicopolis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s