451…ou pas.

Il va donc exister un numéro officiel pour les recherches sur navigateur n’ayant pas abouti…pour cause de censure.

On connaissait déja l’ennuyeux 404 (« La page recherchée n’existe pas »); voici le nouveau venu, 451, d’après bien sûr le célèbre roman Farenheit 451 (Ray Bradbury, 1953. A lire).

  
Désormais, quand (et non si…) la page que vous cherchez est censurée, l’écran affichera 451.

On moins nous saurons pourquoi nous ne pouvons pas y aller: d’autres ont décidé pour nous.

Mais le propre de la censure, à part dans les régimes ouvertement autoritaires, est de se faire discrète.

Ainsi, si le code 403 s’affiche (« page interdite », sans spécifier), c’est peut-être pour cause de censure, mais on ne le vous dit pas.

Bonne journée.

Au fait: état de la censure en France.

Froid dans le dos…

Ca arrive à grands pas: vous dites quelque chose de non aligné sur la doxa officielle et on vous exfiltre, en vous virant pour de fausses raisons ou en vous internant d’office.

Comment croyez-vous que les dictatures s’installent: par des coups d’Etat? Vous êtes « so old fashion »…

Bonne chance à tous ceux qui tiennent à la liberté d’expression: la Loi sur le Renseignement est votée.

N’oublions pas: la république des Lucs

28 Février 1794: massacres des Lucs-sur-Boulogne.

LUCS

Puisqu’on vous dit que la révolution fut spontanée ET populaire.

On effet, la république a spontanément exterminé les populations.
Et toujours pas d’excuses officielles présentées… Ca doit être ça les valeurs de leur république.

Ne vous étonnez pas du désintérêt profond que l’Etat de ce régime nous prête…Il a déjà fait pire.

Daesh: une version de la Tabula Rasa révolutionnaire

Il nous est annoncé partout que les musés d’Irak subissent la barbarie de ces fondamentalistes musulmans qui saccagent les antiquités (pour ce qu’il en restait) en pratiquant le nettoyage culturel par la Tabula Rasa. daesh2 daesh3 Daesh1 Daesh4

Plus rapide que pour les massacres des chrétiens, le gouvernement en France « mentonne ».

De son côté, le Président Hollande « dénonce et condamne » : il assure que

« La barbarie touche les personnes et elle touche l’histoire. Ils veulent détruire tout ce qui est l’humanité ».

Ce régime est pourtant bien mal placé pour faire la leçon: Ce sont les chrétiens et les traces du passé que ces fanatiques détruisent, tout comme les révolutionnaires en France. En effet, le 14 Août 1792, l’Assemblée Nationale rendait un décret:

« pour elle les principes sacrés de la Liberté et de l’Egalité ne permettaient point de laisser plus longtemps sous les yeux du peuple les monuments lévés à « l’orgueil », au « préjugé », à la « tyrannie », et à la « féodalité », elle décrétait qu’il seraient ou convertis en bouches à feu ou détruits. » (Destructions et vandalisme pendant la Révolution française. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 33e année, N. 4, 1978. pp. 703-719.

Le même fanatisme, les mêmes actions. La schizophrénie de ce régime n’a pas de limite.

Le terrorisme? Inventé par la République Française.

Nous en avions déjà parlé sur Twitter (suivez-nous!), mais il est bon d’entendre les tabous et les totems de ce régime de mensonges politico-religieux qui se trouve à la tête de l’Etat en France, être publiquement bousculés.

« La barbarie meurtrière… Le gouvernement par la terreur, c’est malheureusement notre pays qui en a donné l’exemple, pendant la grande révolution française (…) Robespierre en appelait à la Terreur pour gouverner, c’est nous qui avons inventé le mot, pratiquement, et le gouvernement terroriste. Alors, on n’a pas à être fier de ça (…) Les gens qui guillotinaient à tours de bras leurs adversaires étaient en effet des criminels, comme ceux qui les décapitent aujourd’hui. Ce n’est pas la première fois qu’on décapite dans l’Histoire »   (JM Le Pen, sur RTL).

Petit à petit, la Lumière s’imposera.

Merci au SB.

Radicalisation islamiste: l’échec de la lecture misérabiliste.

Comme à chaque fois dans notre régime d’incapables, de munichois et de ganelons, ce ne sont jamais les plantades monumentales de nos gouvernants qui expliquent l’explosion de la délinquance, le terrorisme islamiste ou les départs au djihad.

Par torrents médiatiques, tout ce que compte notre pays de collaborateurs spécialistes en sociologie/psychologie, d’éducateurs autoproclamés ou d’improbables spécialistes tout court, issus ou non d’associations subventionnées qui lorgnent sur l’augmentation de leurs attributions, dénoncent en cœur et en boucle: c’est lafotalasociété et ilfoplusdargen.

C’est pratique: le gouvernement est innocent; les politiques publiques et leurs milliards sont innocents; la politique migratoire est innocente; la religion d’amour et de paix au croissant est innocente; le jeune immigré/issu de l’immigration est innocent; tout le monde est innocent, sauf les blonds aux yeux bleus (qui sont suspects parce que méchants par nature) qui rejettent-stigmatisent-discriminent.

Le jeune terroriste djihadiste radicalisé embrigadé est :

– soit une victime de déséquilibres psychologiques

– soit une victime de la société.

On connaissait déjà cette culture de l’excuse qui justifie la violence par la misère, alors que délinquance et pauvreté ne sont qu’assez peu corrélées, mais aujourd’hui, un nouveau palier est atteint: c’est parce qu’ils n’ont pas été intégrés (par les blonds aux yeux bleus) qu’ils sont obligés de verser dans la haine et la violence. Voire même, ce sont les sympathisants de La Manif Pour Tous qui sont associés aux fondamentalistes islamiques!

Le Guen

JM Le Guen, BFM TV,1er Février 2015.

Et puis de toute façon, ces virées en Syrie concernent surtout de bonnes familles catholiques, on vous dit.

D_BOUZAR

Bref, pauvre couillon, ce qu’on te dit en filigrane, c’est que le responsable c’est toi.

Et bien l’étude de la chercheuse belge Marion van San remet les pendules à l’heure: ni déclassement, ni misère, ni discrimination. Le radicalisé est tout l’inverse: il est le haut du panier des immigrés d’origine africaine.

« Que les jeunes qui prennent le chemin de la Syrie depuis l’Europe soient les victimes d’une société qui ne les accepte pas et où ils n’ont pas de chances de réussir est démenti par les faits. »

Ni augmentation de crédit, ni intégration, ni discrimination positive ne solutionneront cette évolution. Ces solutions illusoires ne freineront pas le radicalisme ni l’extrémisme.

Voici pour le constat. Alors quelle solution? Le vrai problème apparaît alors comme culturel.

En effet, déracinés au milieu d’une culture qui leur reste étrangère, ces jeunes sont dégoûtés par cette société sans boussole qu’on les force à intégrer à grands coups de Déclaration de Droits, de démocratie et de télé-réalité.

Plutôt bien intégrés au sein de l’idéal citoyen, ces jeunes n’y trouve qu’un idéal pauvre en Absolu, à l’horizon bouché par des week-ends passés entre drogues et alcools, porno et pognon.

Dans leur révolte, en refusant d’intégrer notre décadence portée par ce régime au matérialisme affligeant, ils deviennent alors aisément attirés par tout ce qu’ils croient être l’anti-société occidentale. Ils tournent alors radicalement le dos à notre offre dont ils n’ont goûté que les égoûts et redécouvrent, en retournant au cœur de leur culture familiale, les fondements de leur nouvelle existence : une identité forte, absolue, fondamentale; une rupture radicale et subite. Ne croyant plus en rien de notre occident, leur voie est alors pavée pour rejoindre le fanatisme et sa violence.

Voila pourquoi il ne faut pas s’étonner que les enfants déboussolés de la république laïque, issus de l’immigration ou non, s’engagent sous la bannière du fondamentalisme.

Avant l’immigration de masse, les paradis artificiels étaient la seule sortie de secours des autochtones sans alternatives; aujourd’hui, ce sont les paradis islamiques qui ont la cote.

Dans les deux cas, ce sont les apprentis-sorciers de la révolution qui sont les seuls responsables de cette catastrophe.

Notre société engluée dans ses euthanasies, ses avortements, son chômage, son oligarchie, ses lobbies et ses familles explosées n’est vraiment pas un modèle pérenne, vivable et enviable.

Soyons solutions, et non problèmes: la royauté est la sortie de ce tunnel obscure.

Retrouvons nos racines, nos valeurs (le fameux triptyque : Le Beau, le Vrai et le Bon), remettons le pays à l’endroit et nous pourrons alors redevenir ce que le monde nous enviait: des hommes libres du fanatisme!

Révolution

(Merci à C.I. pour l’article.)

#JeSuis… Dégoûté.

2015/01/img_0909.jpg

Le recours à cet unique slogan #JeSuisCharlie honteusement réducteur me scandalise.

Le nombre d’alternatives qui fleurissent sous « #JeSuis… » montre bien à quel point une partie de nos compatriotes sont eux-aussi indignés par cette récupération sélective et exclusive (laissons de côté celles twittées en hommage aux tueurs…).

Comment ce régime qui proclame l’union peut-il exclure certaines victimes du drame auquel tous voudraient s’associer?

Certains diront que ce slogan est un cri facile à porter tout autour du monde et qu’il englobe toutes les victimes. Je n’en suis pas sûr, et la sélection faite des partis autorisés à cette marche me conforte dans mon idée.

Ce régime sans honte fait publiquement le tri des victimes pour ne porter aux nues que celles qui appartiennent à leur système, clamant aujourd’hui liberté quand hier encore ils parlaient censure et sans doute à nouveau demain.
Ils font de Charlie Hebdo et de sa méthode le fer-de-lance post mortem de la liberté d’expression, de la république et même de la France.

2015/01/img_0895.jpg
Mais quelle arnaque!

Non, Charlie Hebdo n’était pas en guerre contre le fascisme: il était anarchiste, en guerre contre la France traditionnelle.
Non, Charlie Hebdo n’était pas la liberté d’expression : il s’asseyait graveleusement sur la libre opinion religieuse des croyants en maniant l’injure sous l’excuse de l’humour.
Non, Charlie Hebdo n’était pas le défenseur de la liberté de la presse : il était un organe de propagande d’une certaine politique.

Tout au plus était-il le thermomètre de la tolérance forcée imposé a ses victimes.

Mais Charlie Hebdo était surtout l’outil surprotégé du système, le chien d’attaque et d’insulte téléguidé par les mêmes valeurs qui sont au pouvoir.
Fils de 68, il était le frère de toutes ces valeurs pourries qui règnent au sommet, entre anarchisme, marxisme et républicanisme.

Donc aujourd’hui, derrière #JeSuisCharlie, se profile #JeSuisRépublicainAthée.

C’est pour cela que le système pleure fort et récupère le drame humain, en le résumant aux victimes qui lui importe.
Le gouvernement fait de cette légitime émotion nationale le défilé des valeurs autorisées par eux seuls.

Les autres valeurs ne comptent pas. C’est pour cela que le christian bashing bas son plein, entre deux déclarations de padamalgam; c’est la manif de la revanche. On en profite.

Cette récupération politique des pompiers pyromanes me laisse un gout immonde en bouche et l’aveuglement de nos compatriotes comme d’une partie du clergé m’inquiète.

Combien de temps ce cover up durera-t-il?
Ce régime n’est que divisions.

#JeSuisTOUTESLesVictimes.
#JeNeSuisPasRépublicain.
#JeSuisFrançais.
#JeSuisDégoûté.

#CharlieHebdo. Et les autres?

Une attaque par armes de guerre a été perpétuée a Paris contre les caricaturistes de Charlie Hebdo. 12 personnes sont mortes.

Comme ils étaient dessinateurs de presse, comme ils étaient du bon côté du gourdin médiatique, comme ils incarnaient les valeurs 68ardes, tous nos media pleurent (Qu’auraient-ils dit pour les outcasted Minute, Rivarol, Présent ou Radio Courtoisie?).

Voici les victimes devenues héros, martyrs, modèles etc.
Manifestations à Paris, en Europe et dans le monde (sauf en Daar-al-Islam…).

Emotions, colère. Les résistants de façade se bousculent pour faire montre de leur bien-pensance indignée (pensez-vous: de sympathiques journalistes caricaturistes irrévérencieux).
On dénonce, on condamne, on s’élève avec fermeté…
Coups de menton et mots décidés. La république est attaquée et nous devons nous unir pour défendre les valeurs qu’elle représente etc.
On décrète l’union (mais on ne sait toujours pas bien contre qui ou quoi. Les déséquilibrés? Les délinquants?) et un jour de deuil national.

Il est évidement que nos prières et condoléances vont aux familles des victimes (Les bouffeurs de curés ont souvent moins d’appétit à la fin) sans oublier les deux policiers, mais qu’il nous soit aussi permis de dire que:

– il y a tous les jours des victimes de cette même idéologie sans que cela ne fasse ciller nos élus ou journalistes (Ouh! Le spectre du FN) ; le déséquilibre de traitement entre les victimes me met pour le moins mal à l’aise. (Charlie Hebdo n’était ni une institution nationale, ni un journal quelconque; on tire fort sur la corde de la liberté de la presse pour déguiser un business de l’insulte publique en une digne expression d’une libre critique religieuse.)

– Les valeurs de la république et une mauvaise conception des droits de l’homme, relativiste et idéologique, qui s’incarnent dans le tribunal médiatico-politique, en muselant la légitime interrogation publique (devenue inquiétude) de nos concitoyens, ont empêché l’émergence dans le débat public de toute critique de la doxa universelle et relativiste que des dinosaures ayant perdu la guerre froide ont imposé au pays (la démocratie à sens unique). « Touche pas à la religion d’amour et de paix » ou « Touche pas à l’immigration »: pendant que sous la cendre, le feu couvait.
Les larmes de pompiers pyromanes sont celles des crocodiles: ils pleurent une liberté d’expression qu’ils ont eux-mêmes toujours interdite.

Alors aujourd’hui, suite à ces manifestations d’émotions plus ou moins convenues, que peuvent-il faire qu’ils n’aient pas deja fait (plus de policiers, de crédit en banlieue, de lutte anti-fasciste…)?
La réponse n’est pas policière, elle est avant tout politique.

Bien que le seul souci de la caste soit d’éviter la montée au pouvoir d’un parti opposé, il va bien falloir que nos dirigeants répondent aux légitimes inquiétudes des Français et regardent en face nos idéologies comme les leurs pour enfin prendre des mesures sérieuses et efficaces pour protéger notre pays; mais cela suppose une complète remise en cause de notre système qui a failli.

Tant que ces valeurs républicaines présideront aux destinées de notre pays, il y aura d’autres Charlie Hebdo, plus ou moins connus, plus ou moins médiatiques, mais tout aussi tragiques.

C’est pour cela que je ne m’associe pas aux pyromanes de ce régime et ne crois pas une seconde à leur réel soucis d’union.

31 décembre: la France en état d’urgence

55 000 forces de l’ordre réquisitionnées.
9 000 à Paris.
38 000 pompiers.

Mesures drastiques concernant les ventes d’alcool en bouteilles et la vente au détail de carburant.

Mais de qui a-t-on peur?

Les Français savent bien que ce sont les racailles vilains casseurs et les terroristes déséquilibrés qui justifient ces mesures.
Pour ne pas faire d’amalgame ou de stigmatisation, « on » nous parle de contrôles anti-alcoolémie et de services de secours.

Quoiqu’il en soit, désormais, en France, la soirée du réveillon, c’est la guerre.

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/5c9/38702209/files/2014/12/img_0788.jpg