Louis XVI: quelle leçon d’Etat!

 

louisXVI_bleu.png

« Avons-nous des nouvelles de Monsieur de Lapérouse? »

Cette question demandée au bourreau au moment même de passer sur l’échafaud est tout simplement impressionnante.

Jusqu’au dernier instant, le roi Louis XVI, victime d’une idéologie pourrissante appelée le modernisme, porte ses vues au-delà de lui même et s’inquiète des missions scientifiques primordiales pour le développement du pays.

Une telle distance et une tel sens du devoir et de l’Etat sont impressionnants, d’autant plus que nos chefs d’Etat depuis brillent par l’effort inverse.

C’est cela que je commémore le 21 Janvier (il y a aussi ceci ou ici.), en pensée et prière pour toutes les nombreuses victimes de la barbarie révolutionnaire, et en premier lieu Louis XVII, l’enfant de la conciergerie.

Il est vrai que « la république n’a pas besoin de savants » .

 

En mémoire de Louis XVI, pour La Pérouse, c’est par ici.

 

*      *      *

 

(N’oublions pas non plus que c’est un 21 Janvier qu’est mort le pire idéologue sanguinaire et totalitaire qu’est Lénine; santé!).

Publicités

La révolution: matrice des totalitarismes?

P Buisson France Inter

La radio d’Etat France-Inter a reçu M. Patrick Buisson, ancien conseiller du Président N. Sarkozy,  à l’occasion de la sortie de son dernier livre « La Grande Histoire des Guerres de Vendée ».

Ce fut l’occasion d’entendre ce qui se dit peu sur les ondes/tubes cathodiques (écrans plats!) ou dans les livres scolaires:

« En matière de terrorisme d’Etat, la Terreur, c’est nous qui l’avons inventé ».

« La révolution est la matrice des tous les totalitarismes. »

« le bolchevisme et le nazisme font référence à la Révolution Française ».

Alors évidement, ceci a écorché les oreilles de nombreux auditeurs captifs, pseudo-historiens, qui n’ont jamais lu que ce que l’on voulait bien leur faire lire.

Le paroxysme eut lieu quand on fit mention d’Oradour-sur-Glane et des Lucs-sur-Boulogne (« Oradour-sur-Vendée »), comparant colonnes républicaines et colonne Das Reich: mêmes modes d’extermination, même mentalité de bourreaux? En entendant presque « Républicains = nazis », le compteur républicain des auditeurs (comme des animateurs) sauta!

En effet, on touche là à des tabous politiques et les réactions, épidermiques, sont à la hauteur du sacrilège.  C’est tout le mythe de la révolution, mis en place depuis la fin du XIXe en France et perpétué dans nos universités encore aujourd’hui, qui s’écroule. Leur compas indiquait le sud…

 

La question du terrorisme d’Etat, prenant sa source dans l’idéologie révolutionnaire, n’en est pas moins totalement justifiée et les effarouchés des vérités qui blessent devront bien sortir une fois pour toute de leur cocon préformaté s’ils ne veulent pas terminer en négationnistes d’une bataille deja perdue.

Cette question fut l’occasion d’entendre deux historiens spécialistes : l’un (à charge: populicide), M. Reynald Secher, spécialiste du génocide vendéen, et l’autre (en distinguant: « proto-totalitaire »), M. Stéphane Courtois, spécialiste du communisme, nous éclairent.

A écouter!

 

 

 

 

 

Les Français condamnés au totalitarisme…

mirabeau bleu

« Condamner la révolution communiste, c’est condamner la révolution française ».

Nous n’aurons donc jamais en France de critique ouverte de ce totalitarisme aux 100 millions de morts, qui enserre toujours de nombreuses personnes dans ses camps tout autour du monde, notamment en Asie.

Trop de responsables vivent du régime républicain actuel pour qu’officiels ou intellectuels dénoncent trop ouvertement le communisme, car comme un pelote de laine, cela nous amènerait à questionner les sources de cette idéologie, ce qui nous renvoie directement à la révolution, tragique matrice de toutes les révolutions utopiques.

Image1

Excellente intervention de M. Stéphane Buffetaut au colloque sur les « Cent ans d’abominations communistes 1917-2017 », sur le thème de l’étonnante complaisance (complicité?) des intellectuels avec la révolution communiste.

(de 10:30 à 17:41 pour les pressés; l’ensemble vaut d’être écouté.)

Merci à l’incontournable SB.

Orange: mémorial des victimes de la révolution

le-jour-l-heure-felix-auvray-1800-1833-boissy

Jacques Bompard donne un entretien au très efficace R&N sur son projet d’élévation d’un mémorial des victimes de la Terreur à Orange, comme un moyen de « prévenir les exactions de ceux qui rêvent avec les idéologues criminels ».

Extraits:

R&N : Vous avez déposé un amendement demandant à ce que la « République française [fasse ses excuses] aux Rois de France pour le saccage de leurs sépultures pendant la Révolution française ». En regard de l’accueil qui vous a été réservé par vos collègues (Madame Capdevielle) et certains médias, le projet de monument en l’honneur des morts de la Terreur ne risque-t-il pas de provoquer un tollé similaire ?

Jacques Bompard:  J’aime à lire Frédéric Rouvillois, l’un des meilleurs constitutionnalistes de notre époque. Il a longuement décrit dans Être ou ne pas être Républicain, la technique de propagande qui revient à brandir des « valeurs républicaines » à tort et à travers pour masquer le vide de la pensée politique actuelle.
Il appartient de rappeler que crier « La République ! » comme un antidote absolu est inutile et dangereux. La Terreur a commis un génocide en Vendée et a persécuté les catholiques de Vaucluse en raison de leur religion. La Terreur (…) voulait effrayer les croyants pour imposer le culte d’un régime.
Libre à chacun de trouver qu’il est risible de s’en souvenir. Je trouve au contraire qu’il est urgent de se souvenir que les idéologies sont toujours mortifères et que la haine des catholiques est morbide.
Vous évoquez mes collègues et leurs moqueries. Ils sont majoritairement anti-chrétiens, doctrinaires du laïcisme, insultant vis-à-vis de tout ce qui précède leur chère révolution, ils veulent créer une nouvelle anthropologie déliée de la nature.
Je pense qu’il est important de leur rappeler que leurs inspirateurs profanaient les tombeaux et décapitaient des innocents.

Partout, tout le temps, démystifier cette révolution et dénoncer cette chape de plomb qui étouffe l’émergence de la vérité: la république est le régime sanglant d’une minorité qui prit le contrôle de notre pays par la terreur et dont les descendants idéologiques occupent encore le pouvoir.

Merci à J. Bompard pour cette nouvelle brèche.

L’entretien ici.

451…ou pas.

Il va donc exister un numéro officiel pour les recherches sur navigateur n’ayant pas abouti…pour cause de censure.

On connaissait déja l’ennuyeux 404 (« La page recherchée n’existe pas »); voici le nouveau venu, 451, d’après bien sûr le célèbre roman Farenheit 451 (Ray Bradbury, 1953. A lire).

  
Désormais, quand (et non si…) la page que vous cherchez est censurée, l’écran affichera 451.

On moins nous saurons pourquoi nous ne pouvons pas y aller: d’autres ont décidé pour nous.

Mais le propre de la censure, à part dans les régimes ouvertement autoritaires, est de se faire discrète.

Ainsi, si le code 403 s’affiche (« page interdite », sans spécifier), c’est peut-être pour cause de censure, mais on ne le vous dit pas.

Bonne journée.

Au fait: état de la censure en France.

N’oublions pas: la république des Lucs

28 Février 1794: massacres des Lucs-sur-Boulogne.

LUCS

Puisqu’on vous dit que la révolution fut spontanée ET populaire.

On effet, la république a spontanément exterminé les populations.
Et toujours pas d’excuses officielles présentées… Ca doit être ça les valeurs de leur république.

Ne vous étonnez pas du désintérêt profond que l’Etat de ce régime nous prête…Il a déjà fait pire.

Daesh: une version de la Tabula Rasa révolutionnaire

Il nous est annoncé partout que les musés d’Irak subissent la barbarie de ces fondamentalistes musulmans qui saccagent les antiquités (pour ce qu’il en restait) en pratiquant le nettoyage culturel par la Tabula Rasa. daesh2 daesh3 Daesh1 Daesh4

Plus rapide que pour les massacres des chrétiens, le gouvernement en France « mentonne ».

De son côté, le Président Hollande « dénonce et condamne » : il assure que

« La barbarie touche les personnes et elle touche l’histoire. Ils veulent détruire tout ce qui est l’humanité ».

Ce régime est pourtant bien mal placé pour faire la leçon: Ce sont les chrétiens et les traces du passé que ces fanatiques détruisent, tout comme les révolutionnaires en France. En effet, le 14 Août 1792, l’Assemblée Nationale rendait un décret:

« pour elle les principes sacrés de la Liberté et de l’Egalité ne permettaient point de laisser plus longtemps sous les yeux du peuple les monuments lévés à « l’orgueil », au « préjugé », à la « tyrannie », et à la « féodalité », elle décrétait qu’il seraient ou convertis en bouches à feu ou détruits. » (Destructions et vandalisme pendant la Révolution française. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 33e année, N. 4, 1978. pp. 703-719.

Le même fanatisme, les mêmes actions. La schizophrénie de ce régime n’a pas de limite.

Le terrorisme? Inventé par la République Française.

Nous en avions déjà parlé sur Twitter (suivez-nous!), mais il est bon d’entendre les tabous et les totems de ce régime de mensonges politico-religieux qui se trouve à la tête de l’Etat en France, être publiquement bousculés.

« La barbarie meurtrière… Le gouvernement par la terreur, c’est malheureusement notre pays qui en a donné l’exemple, pendant la grande révolution française (…) Robespierre en appelait à la Terreur pour gouverner, c’est nous qui avons inventé le mot, pratiquement, et le gouvernement terroriste. Alors, on n’a pas à être fier de ça (…) Les gens qui guillotinaient à tours de bras leurs adversaires étaient en effet des criminels, comme ceux qui les décapitent aujourd’hui. Ce n’est pas la première fois qu’on décapite dans l’Histoire »   (JM Le Pen, sur RTL).

Petit à petit, la Lumière s’imposera.

Merci au SB.