15 août: fête de la France invincible

Aujourd’hui 15 Août, nous célébrons l’Assomption. C’est aussi la date de notre vraie fête nationale.

En effet, à la suite du vœux prononcé le 10 février 1638 par Le roi Louis XIII, notre pays a pour Sainte Patronne la Vierge Marie. Quand nous La célébrons, c’est aussi la France que l’ont fête.

Sur les représentations traditionnelles, vous noterez que la Vierge a la lune sous ses pieds. C’est assez clair; que ceux qui ne veulent pas y voir un message restent aveugles.

  SM2
Depuis la célèbre donnation de Jeanne d’Arc, le Christ est déjà seul souverain de notre cher pays, avec pour lieu-tenant le Roi.

Avec Marie Sainte Patronne et le Christ Lui-Même Roi de France, notre vieux pays, la France éternelle, est invincible!

Joyeuse fête de l’Assomption et bonne fête nationale à nous tous!

Le Christianisme n’est ni pacifiste, ni débilitant, ni impuissant.

Image1

De la religion-force et de la religion-puissance.

Je voudrais livrer une petite réflexion à la suite du très intéressant mot de l’Abbé de Tanoüarn (Le sacrifice du Matin) faisant mention du rapport au statut de victime en religion et de la perception de la force (et aussi en réponse aux curés déni-oui-oui du vivre-ensemble aveugle). La question du martyre et de la force se pose en effet différemment selon les cultes : un martyr est chez les chrétiens une personne tuée pour sa foi ; ailleurs, c’est une personne qui meurt en tuant pour sa foi.

Aujourd’hui, et spécialement après l’attaque contre l’Abbé Jacques Hamel, le Christianisme est en procès et deux parties le mettent en accusation, sous un seul moyen mais en deux branches. En effet, deux critiques se font voie (voix) dans notre temps déligieux (de-ligare, délier; non religieux) et accusent le christianisme de la même chose : sa faiblesse.

Source des maux actuels pour l’une (néo-païens et/ou rationalistes), conséquence ontologique pour l’autre (mahométans), ces deux critiques dénoncent une culture du faible.

Mais s’il prêche en effet l’humilité et le pardon, la paix et l’amour, quelle place la force a-t-telle dans le christianisme ?

Le christianisme est-il un pacifisme malade, débilitant et impuissant ?

« Heureux les doux »: un pacifisme moral? Engoncé dans des décennies de bien-pensance, le Christianisme n’est perçu qu’à travers ses appels au dialogue ou à la paix. Car oui : le Christ appelle toujours à la paix. Certain voudrait bien entendre des appels à la guerre, mais ils n’arrivent jamais. De fait, le Christianisme apparaît comme un refus du combat.

Le Christianisme est-il une morale affaiblissante? Portée par un message christique originellement exogène à notre culture, une impuissance morale nous empêcherait de prendre des décisions fortes ; un dieu prisonnier, condamné et crucifié prônant la paix et le pardon créerait donc une apologie du sacrifice et du martyre, une morale victimaire néfaste, culturellement débilitante pour des peuples autrefois forts mais aujourd’hui minés, féminisés, loin de l’idéal de Mars. Pris à partie, nos peuples refuseraient les valeurs du combat puisqu’ils seraient désormais opposés au conflit ou à l’usage de la force.

Le Christ est-il impuissant? Pour le mahométan, le vrai dieu est Tout-puissant ; sa créature, en exerçant la force, exprime la puissance divine et rend publique, par la victoire sur l’autre, l’erreur de ce culte chrétien, justement faible et impuissant.

Ainsi, culture débilitante pour les néo-païens ou mauvaise foi pour les mahométans, le message christique est dénoncé: le message des chrétiens, c’est la faiblesse. Bref, Les chrétiens, c’est rien que des lopettes saboteurs du culte du peuple fort et c’est bien de leur faute. Or, ce sont au contraire les témoins d’une force non-agressive, non temporelle et inégalée. 

Le Christianisme est une force pacifique, qui ne se mesure pas en puissance temporelle et qui est absolument inégalée.

Il faut l’affirmer tout de suite: le Christianisme n’a pas peur du recours à la force, qui n’est pas la violence. Le Christianisme est bien une force, pacifique certes, mais une force quand même. « Quand on te frappe sur la joue gauche, tends l’autre joue ». Ce texte mal compris aujourd’hui semble, au mieux, un appel à ne rien faire, en attendant le martyre. Il met fin en réalité fin à la Loi du Talion, qui était elle-même un progrès dans la résolution des conflits en régulant la vengeance, introduisant un concept de juste réplique. Là où le Christ innove, c’est qu’il arrête la riposte automatique et commande : «  apprends à  pardonner ».

Mais à condition que le gifleur veuille arrêter ! Oui le Christianisme est pacifique ; non  le Christianisme n’est pas pacifiste. Le concept de légitime défense et de juste usage de la force est très clair. La légitime défense et la guerre juste sont des concepts éminemment chrétiens qui s’opposent à l’agression, mais encourage la défense. L’usage et le recours à la force ne sont pas prohibés dans le Christianisme, et sont même encouragés, si tant est qu’ils soient justes dans leurs actions et leurs objectifs. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls, le Bouddhisme aussi rejoint cette vision.

A celà, il faut aussi rappeler que Dieu n’est pas un acteur politique: les faiblesses de César n’ont pas à être corrigées par Lui. Pour nous chrétiens, cette question de la force politique est résolue depuis longtemps. Ceux qui aspirent à une religion politique, sont comme les Hébreux de l’Evangile, qui étaient dirigés par des personnels politiques et religieux corrompus, incestueux, hellénisés et soumis au pouvoir occupant romain; les Hébreux attendaient et espéraient un chef fort, religieux, civil et militaire, un libérateur, un meneur politique. Déjà en  leur temps, au moment même de l’annonce du message évangélique, les Zélotes imaginèrent ceci de Jésus : c’est toute l’histoire dramatique de Judas, qui suivait Jésus comme homme et non comme Dieu. Or la libération politique des hommes n’était pas le message. Jésus et le Christianisme n’annoncent pas un messianisme politique révolutionnaire, ni au temps des Evangiles, ni maintenant. Le Christianisme a donc pour ambition un royaume qui n’est pas de ce monde.  Pour la révolution, adressez-vous à vos politiques. Chacun son boulot !

Parallèlement, le message est universel, et il n’est absolument pas réservé à une ethnie ou un peuple uniquement pour qu’elle/il se l’approprie: il concerne tous les Hommes. L’Eglise ne porte pas la parole d’un dieu des occidentaux. Mais ne sous-estimons pas la force du message. « Combien de divisions ? », demandait en riant le puissant Staline à propos du Vatican ; c’est pourtant le puissant qui a disparu.

Enfin, le christianisme c’est surtout l’humilité de la puissance infinie. La Messe et la célébration de Pâques sont le cœur de la religion chrétienne, parce que nous célébrons la résurrection de Dieu, vainqueur de la mort. Dans le Christianisme, la Sainte Messe renouvelle le Saint Sacrifice de Dieu, véritablement mort sur la croix et surtout  véritablement vivant! (C’est d’ailleurs ce qui donne une dimension accrue à l’assassinat du Père Hamel, précisément durant la célébration de la Messe). C’est là qu’une question essentielle se pose : ces dieux tout-puissants peuvent donner la mort, on le voit, mais peuvent-ils la vaincre ? Le coran dit que Jésus n’est pas mort sur la croix. Mahomet meurt mais ne ressuscite pas. Quels sont ces dieux qui n’osent affronter la mort ? La vraie force n’est-elle pas de vaincre plutôt que de s’échapper? Or, c’est ainsi parce que seul Dieu le peut et seul Dieu l’a fait . Fait homme, simple parmi les simples, il meurt et ressuscite. Seul Dieu a vaincu la mort. La vraie puissance est là, dans la vie ressuscitée, pas dans la vie assassinée.

Pour conclure, il faut bien répéter que même dénigré et sali parce que mal compris, le Christianisme est pourtant porteur d’un message à la force invincible qui nous sublime tous.  Par la prière, les Chrétiens louent le Dieu juste, universel et seul vainqueur de la mort. Nous ne célébrons pas un culte misérabiliste et mortifère, mais un culte humble et glorieux à la fois : un tombeau certes, mais OUVERT !

Et non, nous n’avons pas peur de la guerre; et oui nous appellerons toujours à la paix.

Tempête dans un bassinet.

pape2

(c) Euronews

Geste habituel pour ceux d’entre nous qui ont conservé un peu plus qu’un vague vernis culturel catholique, le lavement des pieds réalisé par le Pape, commémorant le geste proche-oriental séculaire puis symbolique de Jésus envers ses disciples, a fait couler beaucoup d’encre, et ce dans l’ensemble du spectre politique européen.

Le fait que ce geste ait été accompagné par l’accueil au Vatican de 12 familles étrangères et musulmanes n’a rien arrangé: pourquoi aggraver avec du politique une symbolique dejà lourde de sens?

Il faut dire que la sensibilité de chacun est à fleur de peau avec les immigrés, les musulmans ou les élites, en Occident comme au Proche-Orient où les chrétiens martyrisés se sentent abandonnés. Ce geste à donc été immédiatement loué (principalement par les tenant de l’international mondialiste) ou condamné (par les patriotes identitaires). D’un côté, « fraternité-e-s, humanité-e-s, égalité-e-s » etc. et de l’autre, « trahison, cosmopolitisme, soumission » etc.

Je dois avouer avoir été choqué et furieux: comment peut-on avoir une communication aussi mauvaise, en parlant avec des gestes qui ne sont compris que par les siens; quel message de soumission fait-il donc passer ? Et qu’avait-il besoin de ramener des musulmans au Vatican: quel message pour le monde en général, et en particulier les Chrétiens d’Orient persecutés, et pour notre Europe qui subit déjà de plein fouet l’invasion et le politiquement correct remplaciste?

Le socle commun à ces critiques ou hommages est la lecture politique du geste. Que les européens patriotes s’en remettent au dernier espoir que représente le chef de l’Eglise pour remplacer leurs propres chefs d’Etat incompétents en dit long sur notre décadence et notre désespoir.

Mais l’Eglise n’est pas un parti, pas plus qu’elle est européenne, Africaine, Asiatique ou autre.

Le Pape n’a pas d’agenda politique, et c’est cette vérité là qui m’a faite réfléchir (ceci et les remarques de Lyautey ou de Charles de Foucaud).

Déjà les hébreux du temps de Jesus s’étaient trompé en attendant un chef d’Etat, un roi des juifs pour mener la révolte contre leurs élites corrompues et l’occupation romaine.

L’Eglise est spirituelle et bien que celà soit difficile à accepter,  le berger laisse ses 99 brebis pour retrouver la 100e perdue.

Pas plus hier qu’aujourd’hui, le Pape est un chef politique. Qu’a-t-il donc voulu faire?

Et bien peut-être a-t-il voulu faire ce qui aurait du l’être depuis longtemps mais qui fut interdit lors de la colonisation de la 3e republique aggressivement athée et anticatholique: entamer la conversion des musulmans, qui ne connaissent des chrétiens que ce que la bave de leurs meneurs religieux leur dit.

Or, l’islam est en crise, et cette violence en témoigne. En crise parce que les progrès de la recherche quant à la vraie histoire de l’islam séparent -voire opposent- de plus en plus la réalité du mythe perpétué par les religieux;  en crise parce que les populations soumises à ce culte politique sont, à l’echelle de la planète, les plus oppressées par leur régime religieux ou leur culture totalitaire, toujours sous developpées alors même qu’elles sont assises sur les milliards des barils pétroliers; enfin, en crise parce que de plus en plus de musulmans ont appris à  lire et peuvent désormais librement et en toute discrétion interroger à la fois leurs textes et Internet au sujet de leur culte, qui apparait de plus en plus comme l’officialisation de délires totalitaires de califes du Xe siècle, bien loin d’un message divin. L’heure est à la bonne nouvelle pour nos voisins qui vivent depuis trop longtemps dans la « haine inculquée de tous ceux qui diffèrent » (Al-Sissi).

Alors oui, vue l’incompétences absolue – voire l’hostilité envers nos cultures- de nos dirigigeants, la priorité est donc l’évangélisation et la conversion des musulmans, la seule chance de l’Europe  n’en déplaisent aux abrutis anti-chrétiens qui bavent tout autant que les prêcheurs de haine.

Et si ce lavement des pieds et ces douze familles accueillies ouvrent une onde de choc au sein de l »Umma, suffisante pour être entendue et permettre une fois pour toute aux populations soumises au mensonge islamique, sinon de se libérer, mais d’entrer en questionnement, alors oui: merci François.

Rendons à César et à Dieu leurs tâches. C’est bien le travail du pape, chef de l’Eglise, d’encourager cette évangelisation (et ce ne sera pas fait en quelques jours). C’est aux votants de se donner des dirigeants qui les protègent contre des politiques internationales, migratoires et cultuelles aux intérêts douteux.

Ne  soyons pas les zélotes du XXIe siècle.

Faire sécession, calmement, avant que ne parlent les armes?

secession2

Un rapide état des lieux présent et prospectif de notre pays  n’est guère encourageant pour qui ambitionne simplement de transmettre ce qu’il a reçu, aussi bien en termes de  patrimoine matériel qu’immatériel (et de plus en plus ce dernier, qui se révèle bien plus essentiel, que ce premier, d’autant que la politique fiscale est chaque jour plus confiscatoire à mesure que s’aggrave le clientélisme).

Tel un train sans conducteur, notre pays semble courir à l’abîme sous le régime actuel et notre soi-disant pacte social tourne au pugilat général. Un rapide tour sur les meilleures ventes France du célèbre logisticien Amazon fait froid dans le dos.

livres_photo

A cela s’ajoute une perspective démographique qui favorise l’immigration et fait entrevoir à court terme un futur bien différent de ce que nous connaissons – et aimons.

confiance-partis-politiques-sondage

N’ayant aucun espoir dans la politique partisane et le vote, que reste-t-il aux Français pour s’opposer à ce nouveau monde qu’on leur impose? Les armes?

Avant cette extrémité là, peut-on envisager une séparation « à l’amiable », type droit des peuples à disposer d’eux-mêmes?

Prenons acte de la fin du pays unis et homogène. De toute façon, cette séparation est en marche et s’organise déjà sous nos yeux:

  • Les quartiers urbains se répartissent déjà par ethnies/affinités culturelles. A chacun sont quartier chinois, juif, bobo, versaillais, africain, arabes etc. La mixité sociale? Quelle mixité sociale? Les rues/résidences/immeubles/quartiers de nos villes se murent de sas, grilles et de codes, bref, se privatisent pour mieux se séparer, et l’organisation spatiale, sociale voire économique de nos vies, à la façon des arrondissements marseillais, se transforme lentement en une mosaïque juxtaposée de modes de vies qui s’évitent.
  • A cela s’ajoute la -déjà acquise- faillite de l’Education Nationale, poussant les parents responsables à placer leurs enfants dans les écoles privés sous contrat, de moins en moins confessionnelles, même sous l’oeil de l’évêché; les écoles libres – les vraies- poussent de tous côtés.
  • Chacun procède déjà, dans la mesure de ses moyens,  à ses achats de manière politique: fait en France/ethnique exotique, hallal/casher, boycott ABC/soutien XYZ, marques internationales/acteurs locaux …
  • Etc.

Si nous poussons la logique jusqu’au bout, allons-nous devoir envisager pour chacun sa justice? L’Angleterre y a déjà recours.

A chacun son service public ? Pôle-emploi recommande déjà d’adapter  les conseillers à l’usager, les horaires des piscines sont séparés etc.

A chacun sa police? Les éléments féminins pour les femmes, les éléments ethniques pour les immigrés, afin d’éviter les cas d’émeutes raciales que connaissent les Etats-Unis à chaque criminel noir tué par un policier non noir ?

Ou encore, en fin de logique, à qui paierons-nous l’impôt? Chacun pour sa communauté ethnique/culturelle/religieuse?

Il est important ici de noter que la division la plus profonde n’est pas celle qui distingue les immigrés des autochtones. Celle qui divise les Français entre eux est encore plus marquée,  absolument nuisible à la réorganisation de la république et à l’organisation d’un bien commun que nous n’avons plus.

Ceux qui professent un anticatholicisme militant, avalent des têtes de cochons au 21 Janvier, réclament des impositions confiscatoires (qu’ils ne payent pas) et des redistributions niveleuses (qui ne concernent que eux), ou qui professent un internationalisme idéologique fanatique frontalement opposé à ceux qui chérissent patrie, culture et traditions, etc. doivent-ils être considérés comme des compatriotes?

De leur côté, pourquoi seraient-ils obligés de subir un mode de vie à leurs yeux dépassé et opposé à la libéralisation totale des lois et des mœurs, qu’ils appellent liberté et que nous appelons licence? Quittons-nous bons ennemis avant la guerre civile qui vient: à chacun son camp et ses problèmes, reconnaissons nos divisions et tirons-en les conséquences avant de nous tirer dedans.

Peut-être devrons-nous déménager, abandonner nos petites patries, pour s’installer sur des territoires civilisationnellement homogènes (occidentaux, orientaux, proches-orientaux etc), voire politiquement homogènes (jacobin à droite, royaliste à gauche) ou religieux (catholique ici, athée là, juifs en haut, musulmans en bas etc.), chacun dans ses places de sûreté à la façon de ce XVIe siècle si chaotique…? Séparation à tous les étages, communautarisme maximal pour tous et création de sanctuaires.

Sécession, séparation, autodétermination,  pourquoi pas même des rattachements, qui au reliquat du Duché de Normandie sous le bailliage de Guernesey, qui à l’Andorre, qui à l’autonomie basque,  qui une pleine indépendance? Bref, organiser un nouvel émiettement de type féodal en quelque sorte, avec des liens plus ou moins distanciés entre entités, s’il en existe du tout.

Cela peut se faire, l’histoire l’a déjà montré: la Croatie catholique s’est constituée en se séparant de ses frères slaves mais Orthodoxes, la Belgique catholique et libérale de ses frères des Provinces des Pays-Bas protestants et monarchiques, l’empire germanique habsbourgeois (Empire de l’est – Österreich) de l’empire germanique prussien (Königreich Preußen, puis Deutsches Kaiserreich), et l’actualité flamande, basque, catalane, québécoise ou écossaise, voire de celle de Crimée,  etc. la possibilité de partition est une réalité.

En France, devant cet état de fait, la question de la séparation de jure se pose de façon cruelle, tout d’abord par communautés, puis peut-être géographiquement. Est-ce notre tour, après plus de 1500 ans de patients efforts et de sacrifices pour créer ce pays,  cette civilisation parmi les plus brillantes au monde, de reconnaître que Rome est tombé, encore une fois?

Faut-il repartir à zéro et tout reconstruire sans un mot, être un homme à la façon de Kipling?

Peut-être.

Plutôt qu’un isolat civilisationnel, des exilés à l’étranger, une minorité dans son propre pays, un dhimmi de l’une ou de l’autre idéologie, prenons actes de nos divisions, à chacun son pré-carré,  et que le meilleur gagne.

Mais je crois que nos adversaires politiques seraient les plus farouches opposants: ils se nourrissent sur la bête et sans nos bonnes contributions, ils savent qu’ils ne dureront pas longtemps. D’autant que beaucoup approchent des âges où l’assistance est indispensable…

Tant pis: je n’ai pas vocation au sacrifice civilisationnel sur l’autel de leur(s) idéologie(s) nihiliste(s), et sans séparation de jure, ce sera les armes de facto.

En attendant, je trie et je rejoins mes réseaux civilisationnels.  Communauté, dissidence, puis sécession.

Oriflamme_Fini

Bossuet-Fénélon, le seul vrai débat Tradition c/ Moderne

disputatio2

Au cœur de nos conflits de valeurs, l’éternelle querelle des anciens et des modernes, loin de se limiter à une opposition littéraire germanopratine, orgueilleuse et esthétique (voire courtisane), est d’abord un conflit de valeurs essentielles dans lequel nous sommes empêtrés depuis longtemps:

Réalisme contre idéalisme.

Classicisme contre romantisme.

Raison contre sentiment.

Dogme contre relativisme.

Autorité contre consensus.

Monarchie contre collégialité.

Tradition contre progressisme.

Au cœur de notre histoire,  ces valeurs se disputent, s’opposent et dominent alternativement nos politiques.

En ce début de XXIe siècle, héritier des XVIII et XIXe, la culture de l’émotion, du consensus, du relativisme et de la collégialité dominent. On peut penser que les idées défendues par Fénélon ont, in fine, emporté la partie.

En effet, le grand débat disputant ces thèses portées par les géants Bossuet / Fénélon eut lieu au XVIIe siècle. C’est alors Bossuet qui remporta la mise.

Il est important  de revenir à ce débat, essentiel au sens propre, puisqu’il oppose les thèses d’idéologies anciennes.

A travers le souple Fénélon, c’est l’âge d’or mythique, le millénarisme chrétien, Salvien, Joachim de Flore, Arnaud de Brescia, la collégialité et l’aristocratisme (égalité des grands) qui s’expriment, annonçant le scientisme, les idéologies collectivistes et la technocratie; Bossuet, plus strict, est lui du parti de l’ordre et de l’autorité éclairée et encadrée, loin des chimères idéologiques, pour l’intangibilité des dogmes et d’une pastorale pragmatique, éloigné du jansénisme strict comme du relativisme compassionnel libéral.

Si dans ce  XVIIe classique et ordonné, c’est Bossuet qui l’emporte, au XVIIIe sentimental et préromantique, c’est Fénélon qui prend sa revanche posthume.

Au XIXe siècle, à la suite de la folle révolution, la tradition à changée de main et les cartes furent brouillées: on pourra retrouver le gallican Bossuet du coté des ultramontains tradionnalistes, et les ultramontains de Fénélon du coté des libéraux contractualistes.

Aujourd’hui, avec le recul historique et la réalité politique, qui de la vision maternaliste our paternaliste gagnera la troisième manche? Un élément de réponse dans l’ancien mais remarquable article de Laurent DANDRIEU (SPECTACLE DU MONDE, 1997),  ici.

Quant à la politique, auquel la postérité donnera-t-elle raison, de celui qui, indifférent à l’autorité, rêvait d’une cité pastorale où la vertu et la frugalité suppléeraient à tout, ou de celui qui, sachant les faiblesses des hommes et leur propension naturelle à l’anarchie, misait sur une autorité mise à l’abri des passions par la stabilité des institutions pour assurer le bien commun ?

Submergé, Bossuet ? Il répondait d’avance, à ceux qui l’accusaient d’assécher les fleuves de la mystique : « Ce n’est pas s’opposer à un fleuve que de faire des levées, que d’élever des quais sur ses rives pour empêcher qu’il ne déborde et ne perde ses eaux dans la campagne. »

Aujourd’hui que la crue démagogique a tout emporté, on ne voit plus ces ouvrages. Ils demeurent pourtant, et lorsque les eaux folles se seront retirées pour reprendre leur cours normal, ils retrouveront dans notre paysage mental leur importance d’indispensables jalons.

La Foi, pilier de l’identité française

Louis, successeur héritier des Rois de France,  s’est rendu à la Basilique Saint-Denys d’Argenteuil (Ile-de-France) pour l’ostentation de la Sainte Tunique.

Il fit très justement remarquer l’importance du pèlerinage, tant par sa longévité que par le nombre des fidèles, mais aussi parce qu’elle permet…

…[publiquement] à tout un peuple de s’associer dans une même prière. Il y a là un symbole très fort. Les ostensions permettaient à des dizaines de milliers, des centaines de milliers de Français, d’être réunis  autour du souverain pour un acte commun. (…)

Cette année ce seront entre 250 000 et plus de un demi -million de personnes qui participeront à cette présentation solennelle. Quel symbole pour notre époque !  Un des événements majeurs de l’année sera religieux. Voilà qui remet bien des idées en place. Dans une société laïcisée dans laquelle certains voudraient n’attribuer à la religion qu’une dimension personnelle et individuelle, il est important de donner l’occasion d’exprimer leur foi et leurs convictions à de nombreux fidèles  dans un esprit d’unité. (…)

Il me paraissait important à la fois comme chrétien et comme héritier des rois mes prédécesseurs, d’y participer, dans le même élan de partage avec le plus grand nombre,  d’une foi commune dans laquelle la France puise son identité et sa grandeur. (…)

Le discours, ici.

Nous ne pouvons que saluer la remarque qui souligne que la Foi est au cœur de notre identité française, dès les origines.

En effet, notre pays est bien né au Ve siècle sur les fonds baptismaux lors de l’union du roi des Francs fédérés à la religion des citoyens Gallo-Romains.

N’en déplaise à Rousseau, c’est le seul contrat social réel qui ait été passé pour créer  ce qui sera plus tard la France.

C’est pour cette raison que la Foi (catholique, bien sûr) est inscrite dans nos Lois Fondamentales et s’impose à nos rois, si bien d’ailleurs que même le premier capétien Bourbon, Henri IV,  dut s’y plier.

tunique2

 

Nettoyage de printemps

Les_Drapeaux_Banniere_test

Nouveau site, nouveau projet!

Bleu, Blanc..Roi!, lancé en 2012, a atteint un rythme trop intense pour être maintenu ainsi.

L’actualité est trop lourde pour être décryptée quotidiennement sur ce site, même s’il y a beaucoup à dire.

Twitter, en toute réactivité,  est parfait pour cela. N’hésitez pas à me suivre pour commenter l’actualité selon le point de vue #royaliste.

De surcroît, la Toile à bien mûri et de nombreux sites fournissent un travail de ré-information bien plus efficace, en tous points admirable. Fers-de-lance du renouveau de notre famille de pensée, ces sites méritent d’être lus, mais aussi soutenus (des sous, des sous!): un travail pareil doit être rémunéré; choisissiez le vôtre et investissez.

Quant à ce site, il fut lancé sans prétention d’audience, mais simplement pour pouvoir coucher sur le clavier les réflexions diverses issues de lectures ou autres; un journal personnel publique en quelques sortes.

Je suis heureux qu’il ait attiré l’attention de certains d’entre vous.

Je voudrais néanmoins revenir à mes fondamentaux et utiliser ce site comme un foyer de réflexions sur notre situation politique en général.

Vous y trouverez désormais des compte-rendus de lectures et des articles à thème, sans lien immédiat avec l’actualité du quotidien.

2017 s’annonce clef: les élections législatives, puis la présidentielle approchent, sur fond de déroute annoncée sans alternative sérieuse, alors que notre économie disparaît chaque trimestre un peu plus et nos moyens de vivre avec, et ceci pendant que s’installe (sans alarme aucune!) une situation de guerre à domicile.

Plus que jamais, alors que nous touchons chaque jours un peu plus le fond de la  déliquescence, je sais que le royalisme porte le flambeau du renouveau pour notre pays. Il n’y a pas d’autre alternative réaliste.

Nombreux (fonctionnaires, militaires, citoyens…) sont ceux qui dénoncent ces états de (mal)fait et proposent milles remèdes, tous excellents. Malheureusement, toutes ces brillantes propositions de réformes se résument à poser des cautères sur la jambe de bois républicaine.

Pour résoudre le flot des problèmes, c’est la source qu’il faut tarir.

Je n’espère donc rien d’autre que de remettre cette réalité royaliste au cœur des réflexions politiques qui fleurissent partout, pleines de raison, mais jamais pleinement abouties.

Plus que jamais, le seul plan B qu’il nous reste, c’est la royauté.

Ces lignes s’adressent bien évidement aux nouveaux venus qui s’interrogent, mais aussi (et surtout) à nous, chapelles divisées, alors que l’heure est à l’unité.

Nous sommes, nous Français,  les fils des « arts, des armes et des lois ». La raison et la réalité nous guident, et non un sentimentalisme politique, entre idéalisme et idéologie romantique. C’est pourquoi nous devrions tous être royalistes.

Loin des caricatures politiques, c’est bien le seul régime dont les principes peuvent seuls assurer nos libertés, préserver nos traditions et (re)construire la France de demain, sans talons rouges ni drapeau rouge.

Comme d’habitude, bonnes lectures!

Les commentaires sont toujours bienvenus: comme le silex, c’est en frottant qu’arrivent les étincelles!

rdF_2

F. Hollande, successeur de Louis XVII?

Après de nombreuses versions plus ou moins romancées (survivance en Argentine, héritage tourangeau...) la question de la survivance du Dauphin Louis XVII rebondit aux Pays-Bas où des documents de Madame Royale (Marie-Thérèse, fille aînée de Louis XVI et de Marie-Antoinette, seule survivante de la révolution) ont été retrouvés et qui relancent la question.

En effet, celle qui a toujours refusé de recevoir Karl-Wilelhm Naundorff n’aurait, selon le journal Hollandais qui publie les trouvailles des archives de Delf (streekarchief Middle Holand: 1818-1839) où Naundorff mourut, que chercher à protéger l’héritier de la vindicte des pays coalisés qui espéraient bien peser sur le destin de la France, à genoux après l’hécatombe napoléonienne.

TombeNaundorff

Ces documents tracent une descendance pour le moins surprenante.

En effet, les généalogistes qui ont ensuite déroulé l’état-civil des Pays-Bas ont ainsi trouvé un profil bien inattendu: rien de moins que François Hollande, actuel président de la république en France, dont le patronyme est un alias. Son vrai nom est François Naundorff de Bourbon.

Il serait le successeur direct de cet héritage capétien!

On attend un communiqué du successeur des rois de France d’ici peu.

hollande-capet

 ——————–

Les instituts Iflop/Hipsos/TNSsouffrances/BaverLà ont immédiatement sondé la population:

La république particratique: un danger permanent

sortons2

 

A la suite des attentats qui eurent lieu à Bruxelles, des voix se libèrent chez des officiels.

Un ancien agent du renseignement belge dénonce les inévitables dérives qui pourrissent le système électoral tel qu’il est organisé chez nos voisins, bien similaire au nôtre.

Course à la minorité, courtisanerie, électoralisme, favoritisme xénophile, placement de soutiens, incompétences…Des maux maintes fois dénoncés par les ceux qui ont le vrai souci du pays et des Français, que le « politiquement correct », c’est-à-dire la dictature intellectuelle, à condamné comme empêcheurs de se placer en rond.

Non, notre pays n’est pas un hochet à donner au(x) plus manipulateur(s). Et oui, les Français -et les Belges récemment- en ont marre de payer la facture catastrophique et sanglante de ces pompiers pyromanes.

La république N°5 (et l’UE) est bien partie pour mourir de son incapacité à gérer cette insécurité grandissante (Guerre civile?), corollaire d’une incontrôlable immigration politiquement encouragée, comme la Guerre d’Algérie eût raison de la N°4.

Le cœur du problème est que notre régime (particulièrement en France, mais aussi dans les pays voisins, notamment la Belgique où règne les principes dits de la « révolution libérale ») est fondamentalement corrompu et corrupteur, fondé sur une idéologie chimérique qui fut imposée aux Français à coup de canon.

5 républiques en France, 5 catastrophes absolues dans les années qui ont suivi leur instauration.

Aujourd’hui le danger est réel: il tue. Il est plus que temps de questionner les fondamentaux et de remiser les idéologies au placard.

Soyons enfin rationnels et posons-nous les vraies questions: pourquoi ces républiques foirent-elles à chaque fois?

Une république de maux, pleine et entière.

sables2

Institutions publiques de replacement, politique publique sous influence, particratie et clientélisme à tous les étages, parlement godillot, libéralisme de connivence, technocratie européenne de lobbies, art décadent et société malade, population abandonnée ou remplacée… Autant de maux que nos compatriotes ou les étrangers dénoncent dans notre pays en sous-France

Beaucoup s’appliquent ou s’essayent à corriger ces problèmes appelés « déviances », comme si elles n’étaient qu’accidentelles. Très brillamment, on nous explique où cela blesse et quel bât doit être changé et comment. Mais aucun ne s’interroge (ou n’ose le dire) sur la source de ces problèmes.

Mieux vaut pourtant s’appliquer à corriger l’origine de nos maux que le raz de marée de conséquences. Que tous nos grands succès en librairie constatent une fois pour toute que ces problèmes récurrents qui affectent notre pays sont le lot normal du régime que nous avons!

boue2
La boue que nous avons, c’est la république pleinement et simplement.

Non pas une république ratée, déviée, affaiblie ou que sais-je, non: c’est la république, pleine et entière.

Pétri de principes faux et viciés, la politique qui préside notre pays est en attente de l’abîme, par principe: ce régime déconstructeur ne mène à rien d’autre qu’à la destruction.

Changeons de régime, nous aurons alors tari la source des maux. On pourra ensuite appliquer tous ces bons remèdes, pour la dernière fois.

Lire et relire Bossuet…